Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

V comme: L'écume des jours de Boris Vian

Boris Vian
  Les morts ont tous la même peau
  J'irai cracher sur vos tombes
  Elles se rendent pas compte
  Et on tuera tous les affreux
  Conte de fées à l'usage des moyennes personnes
  Dès 03 ans: Un poisson d'Avril
  V comme: L'écume des jours
  L'Ecume des jours

Boris Vian est un écrivain français, poète, parolier, chanteur, critique et musicien de jazz (trompinettiste), né le 10 mars 1920, à Ville-d'Avray (Seine-et-Oise, aujourd'hui Hauts-de-Seine), mort le 23 juin 1959 à Paris. Il fut aussi ingénieur de l'École centrale, inventeur, scénariste, traducteur (anglo-américain) et conférencier. Vian a signé ses nombreux écrits de pseudonymes divers dont le fameux Vernon Sullivan de "J'irai cracher sur vos tombes".
(merci Wikipedia)

Et chez Lou Delachair, Vian est devenu le personnage d'un roman dont d'autres personnages se prénomment Louis et Elsa strictement par hasard sans doute...

V comme: L'écume des jours - Boris Vian

Adaptation réussie
Note :

   Adaptation de Jean David Morvan
   
   Dessins : Marion Mousse

   
   
   Si c'est en 1947 que le roman "L'écume des jours" a été publié ce n'est que vers 1968 qu'il devient célèbre. Il entre alors en livre de Poche (10/18) . Désormais classique, il est dans la Pléiade depuis 2010. Deux films en ont été tirés dont celui avec Romain Duris et Audrey Tautou, l'année dernière, en 2013. De nombreuses représentations théâtrales et même un opéra ont eu lieu ici et là et enfin cette BD, sortie en 2012. Belle vitalité pour un petit roman d'amour classé récemment dixième dans la liste des cent meilleurs romans du XXe siècle (liste de la Fnac et du Monde).
   
    Colin et Chloé en sont le centre. Leur amour fou pousse et croît comme un nénuphar jusqu'à la maladie de Chloé et son étiolement dans la chambre devenue minuscule.
   
    Ayant lu deux fois ce roman phare de Boris Vian et l’ayant beaucoup aimé, c'est avec un peu d'appréhension que j'ai ouvert cet album Je ne le regrette pas, même si en feuilletant ces pages en noir et blanc, j’avais un doute sur le plaisir que je pouvais éprouver. J’ai toujours du mal avec le noir et blanc en début de lecture.
   
   En réalité, cette adaptation respecte les grandes lignes du récit et son atmosphère poétique, romantique, farfelue, surréaliste, jazzy, déjantée et ironique! Tout cela, je l’ai retrouvé du début à la fin: Nicolas, le cuisinier - maître d'hôtel, plus snob, plus riche, plus sage, plus cultivé et plus respecté que le maître, la vénération ironique pour le grand homme Jean Sol Partre, l'apprentissage des danses à la mode, comme le Boogie et le Biglemoi, etc.
   
   J'ai particulièrement apprécié les dessins surprenants, aux trouvailles drôles, tristes, parfois fantastiques à la façon des contes pour enfants. Les grandes pages avec un seul dessin sont particulièrement réussies. Elles rompent le récit à la façon d'un résumé ou d'un flash symbolique au moment des instants essentiels. C'est bien fait, tendre et ironique. C'est un grand capharnaüm où vivent ensemble humains, animaux, plantes, maisons, objets, qui réagissent, souffrent, aiment, parlent tous comme des êtres vivants. Présence du grain de folie nécessaire et respecté pour ce classique fantaisiste.
   
   J'ai bien aimé. BD à lire.

critique par Mango




* * *