Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Jim Thompson. Coucher avec le diable de Michael McCauley

Michael McCauley
  Jim Thompson. Coucher avec le diable

Jim Thompson. Coucher avec le diable - Michael McCauley

Jim, sa vie... son œuvre!
Note :

   Je n'ai pas réellement de souvenirs de ma première lecture de Jim Thompson. Sûrement "1275 âmes" et maintenant des dizaines d'années après, y revenir.
   
   Un documentaire sur DVD emprunté à la médiathèque de Lorient. Une série de traductions du texte intégral, et l'envie de replonger dans l’œuvre de ce maître du roman noir, pas uniquement américain, mais mondial!
   
   J'ai déjà lu ce livre il y a une dizaine d'années, enfin avant de tenir ce blog. Hommage et essais... Et gloire posthume. Adieu Jim... Ton âme plane sur le roman noir. Pour paraphraser quelques âmes bien nées... pour moi l'année 2014 sera Thompsonnienne ou ne sera pas!
   
   Quel personnage se cache derrière un des auteurs les plus importants et des plus polémiques des romanciers américains?
   
   Un être dont l'existence même semble tenir du miracle, ne dit-il pas dans un de ses ouvrages nommé " Vaurien" :
   Des médecins vinrent, mais je n'eus pas conscience de leur présence. Ils considèrent mon cas avec étonnement J'avais dix-huit ans, et je cumulai dépression nerveuse, tuberculose pulmonaire et delirium tremens".

   
   Un écrivain à la vie chaotique, problèmes d'alcoolisme, un fils un peu dément, le regret de ne pas avoir épousé la femme qu'il aimait ; tout cela amène une carrière littéraire assez agitée pour un écrivain certainement en avance sur son temps. Il a amené la narration à la première personne dans ses écrits à un niveau qui reste pour la littérature noire, à mon goût, une référence. Tous ses grands personnages et ses grands livres utilisent ce style d'écriture : Je!
   Entre autres : "L'assassin est en moi"," 1275 âmes", "Rage noire" et les Lou Ford, Nick Corey ou Allen Smith.
   
   À la recherche de la gloire et de l'argent (Chose dont il manqua pratiquement toute sa vie), il fit ce que l'on peut appeler un suicide littéraire, en partant à Hollywood. Voyage qui ruina pratiquement son inspiration. Ses démêlés avec un jeune réalisateur au nom de Stanley Kubrick, sa participation malgré tout aux films "Les sentiers de la gloire", l'écriture de quelques épisodes de feuilletons pour la télévision. Mais c'est hélas aussi une incapacité d'écrire des scénarios sur ses romans, en particulier sur "The Gateway", le cinéma n'acceptant pas la noirceur de son propos, et lui l'édulcorant au point de lui faire perdre toute sa puissance.
   
   Au retour d'Hollywood, sa carrière d'écrivain est pratiquement finie. Mais il écrira encore malgré tout deux chefs-d’œuvre "1275 âmes" Et "Rage noire".
   
   Son alcoolisme chronique, ces problèmes familiaux et financiers, firent qu'il mourut pauvre et dans une relative indifférence.
   
   Et comme on n'est jamais prophète en son pays, c'est de la France que lui vient une reconnaissance posthume.
   
   Une biographie difficile à résumer, un bon livre, mais qui en seconde lecture me laisse un sentiment mitigé même si elle m'a appris beaucoup sur Jim Thompson.
   
   Jim Thompson est sûrement l’auteur qui a poussé l'horreur littéraire le plus loin. Il n'y a qu'à lire "Rage noire", comment peut-on aller plus loin dans l'abject? Comment peut-on pousser la violence plus loin que dans "Le démon dans ma peau" réédité dans une traduction du texte intégral et qui a été mis en scène par Michael Winterbotton?
   
   Rivages/Ecrits Noirs a fait retraduire le texte intégral de certaines de ses œuvres, ce que je vais suivre très attentivement.
   
   Malgré tout, ce livre a pour moi plusieurs défauts : le premier est qu'il date de plus de vingt ans et que de ce fait la bibliographie pour les œuvres en français est très loin d'être complète, mais ce n'est pas mon principal reproche, car la bibliographie des œuvres originales ne change pas et est un bon repère. Ce qui me gêne est que dans l'analyse de chaque œuvre, je trouve que l'auteur en dit beaucoup trop et présente trop d'extraits (que j'ai fini par ne plus lire). J'ai eu l'impression qu'il ne servait plus à rien de lire certains livres, ce qui va certainement à l'encontre du but recherché! Et c'est dommage.
   
   
   Extraits :
   
   - Sinon peut-être que Thompson écrivait et réécrivait sans cesse la même histoire : la sienne.
   
   - Thompson, comme son entourage, s'était depuis belle lurette fait à l'idée qu'il ne triompherait plus jamais de son éthylisme.
   
   - Dans un sens, Jim Thompson devait être assez content qu'il ne lui reste plus que si peu de temps à vivre.
   
   - Jim Thompson mourut le 7 avril 1977 à Los Angeles. C'était un jeudi saint, ainsi sa famille ne put-t-elle faire célébrer un service funèbre qu'après le week-end pascal, le 11 avril. Vingt cinq personnes assistèrent à la cérémonie...
   
   - "Après nous le grabuge" pourrait servir de manuel à la préparation d'un cours magistral intitulé : Comment écrire un roman de Jim Thompson.
   
   - C'est sur cette note funèbre, mais fort bienvenue, que prenait fin, onze ans après sa mort, la carrière littéraire de Jim Thompson.
   

   Titre original : Jim Thompson, Sleep with the Devil. (1991).

critique par Eireann Yvon




* * *