Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Mort Blanche de Clive Cussler

Clive Cussler
  Mort Blanche
  Le Saboteur

Mort Blanche - Clive Cussler, Paul Kemprecos

Série NUMA (National Underwater and Marine Agency)
Note :

   La 4ème de couv' :
   
   "L'équipage d'un groupe de protection de l'environnement aux idées plutôt radicales, qui tentait de mettre fin aux massacre des baleines au large des iles Féroé, a sombré corps et bien dans des circonstances mystérieuses. Appelé à la rescousse, Kurt Austin, explorateur, chef des opérations spéciales de la NUMA, est loin de se douter que cette périlleuse mission va l'entrainer dans de plus sinistres abîmes encore...
   Que s'est-il passé entre le groupe écologiste et les barbares tueurs de cétacés? Y a t-il un lien avec la gigantesque usine avoisinante, aussi impénétrable qu'une forteresse?
   Et pourquoi Kurt Austin est-il victime d'une tentative d'assassinat?"
   

   
   Ce que j'en pense :

   
    Nous retrouvons pour la quatrième fois le personnage de Kurt Austin . Cette série parallèle à celle des aventures de Dirk Pitt en reprend le style avec peut-être un coté moins James Bond. L'intérêt de l'intrigue est dans la dénonciation des élevages industriels en haute mer ainsi que l'approche sur les manipulations génétiques du vivant. On pourra mettre les informations qu'il apporte en regard d'un article du "Canard enchaîné" du 28 03 2008, intitulé "il est beau mon saumon". Il y est relaté une étude qui indique que si rien n'est fait, la population des salmonidés en liberté pourrait d'ici quatre ans fondre de 99 %.
   
    On se laisse facilement prendre au rythme et le coté informatif est réel sans être pesant sur le récit.
   
   
   Série Numa:
   (Livres coécrits avec Paul Kemprecos)
   
   1999 : Serpent
   2000 : L'or bleu
   2002 : Glace de feu
   2003 : Mort blanche

   2004 : À la recherche de la cité perdue
   2005 : Tempête polaire
   2007 : Le Navigateur
   2009 : Méduse Bleue

critique par Le Mérydien




* * *