Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dark Nights de Denis Jeambar

Denis Jeambar
  Dark Nights
  Où cours-tu William ?

Denis Jeambar est un journaliste et écrivain français né en 1948.

Dark Nights - Denis Jeambar

Tonight, the night!
Note :

   Un auteur que je découvre avec ce recueil de vingt neuf nouvelles pour deux-cent-trente-trois pages. Il n'en est pourtant pas à son coup d'essai avec une bonne vingtaine de publications.
   
   Un tableau représentant un cheval au galop dans la nuit (motif qui sert à la couverture du livre) va provoquer un drame.
   
   "La disparition" est un très beau texte. Un matin un homme se penche contraint et forcé sur sa vie. Et le vaste mensonge qu'elle a été. Une remise en question magistrale.
   
   "Dos au mur", un homme semble muet, non il refuse seulement de parler de l'horreur indescriptible qu'il a vécue et qui l'a muré dans son silence. Un certain 12 juin 1944.
   
   "Les trois M", trois femmes assassinées, sous un même linceul blanc, orné de roses rouges et cette inscription en lettres de sang "Trois M". Mais la guerre et ses millions de morts va reléguer ces crimes aux oubliettes de l'Histoire, sauf que la vérité semble enfin découverte! Quel homme a tué, "La maîtresse de sa vie", "La maîtresse de son corps" et "La maîtresse de son âme" se précipitant ainsi dans une solitude absolue?
   
   La dernière nuit de Norman Jean, une histoire de l'amour à la fin tragique... deux vies de l'enfance à la mort, une star et un photographe, la gloire et l'anonymat! Destins funestes.
   
   "Déambulations criminelles" est la nouvelle la plus longue et la plus immorale de ce livre. Pour se "délester" du mal, un homme tue son voisin, couche avec sa veuve, espère violer la femme de son meilleur ami, mais…
   
   Une foule de personnages peuple ce livre. Un boxeur au visage d'ange qui amène le noble art au niveau d'une science exacte! Mais le passé est là... assis au bord du ring! Une cantatrice devenue une diva invivable, une belle femme clown blanc, son mari trapéziste, son frère jumeau dompteur de fauves, on frôle la mort à chaque représentation sauf qu'un soir le mari découvre la vérité! Un pharmacien bien sous tout rapport, sauf que son officine a bien des secrets! Un homme revenu de tout retourne au Guatemala pour revivre un moment heureux de sa vie, ce n'était pas une bonne idée! Scott et Zelda, l'amour et Paris! L'ombre de Scott Fitzgerald plane aussi dans la nouvelle "Dernière danse". Danse encore avec "Dancing", texte qui prouve que les voyages forment la jeunesse, mais il faut respecter certaines règles!
   
   C'est noir, bien écrit, les nouvelles sont courtes et incisives sans un mot de trop. La mort est toujours là comme une vieille amie qui attend patiemment son heure, sûre de son fait.
   
   Un très bon recueil original et un auteur doté d'une imagination foisonnante! Une très agréable découverte.
   
   Par contre, mais cela n'engage que moi, j'ai lu cet ouvrage en plusieurs fois. Chose que je fais dorénavant pour les recueils dépassant les quinze nouvelles.
   
   
   Extraits :
   
   - Le dossier "3M" fut classé par la police parisienne le cinq août 1914, deux jours après le début de la Première Guerre Mondiale.
   
   - J'ai inventé un mot pour définir notre relation singulière : "intimitié".
   
   - Beaucoup de mes clichés ont été publiés. Aucun ne passera à la postérité.
   
   - On peut penser qu'ils sont nés du bon côté du monde. Ce n'est pas tout à fait vrai. Ce sont des enfants ordinaires qui n'ont pas gaspillé leur carte.
   
   - Plus il y avait de monde autour de lui, plus sa solitude l'exaspérait et l'obsession de la mort le hantait.
   
   - Je sais bien que rien ne se passera entre elle et moi. Peu importe, l'essentiel est qu'elle me laisse l'aimer en silence. Je ne demande rien de plus que de la voir.
   
   - Paris était somptueuse de beauté mais l'âme des Parisiens souffrait d'une harassante nostalgie. Il y voyait des regrets d'un temps envolé.
   
   - Il supportait aussi sans désagrément la règle de la compagnie : on ne couchait pas! Séduire lui convenait. Conclure, jamais.
   
   - Mon premier acte d'homme vivant est le mal. Il s'est emparé de moi à cet instant précis.

critique par Eireann Yvon




* * *