Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les cyprès de Patmos de Antoine Silber

Antoine Silber
  Les cyprès de Patmos

Les cyprès de Patmos - Antoine Silber

Oui, si près de Patmos !
Note :

   Pour une amoureux fou de la Grèce quelle est la plus belle chose qui peut arriver? Trouver une maison à acheter. Pas n’importe où, non, à Patmos. Et pas n’importe quelle maison, un "rêve de maison", une petite maison, un spitaki pour être précis.
   
   Elle n’est pas très vaste cette maison, mais elle a une vue sur la mer, et la grotte où Saint Jean est censé avoir écrit l’Apocalypse, est toute proche.
   
   Déjà là je sens que vous êtes sous le soleil et la lumière de Patmos...
   
   Quelques travaux sont nécessaires, salle de bain et m2 supplémentaires, et puis aussi des plantations, cyprès et oliviers, amandiers que les chèvres du berger local vont trouver tout à fait à leur goût.
   
   Je dois dire que je me suis laissée totalement emportée par ce petit récit, le temps passe vite truelle en main, à la condition de pouvoir boire un petit ouzo de temps à autre. En toile de fond la crise grecque et les jugements hâtifs sur le pays "la gabegie, la paresse grecque" mettent en rogne Antoine Silber.
   
   Car il change notre écrivain "On voyage toute sa vie, on écrit, on commente l’actualité, on est simple spectateur. Et puis, un jour, on devient horticulteur! On plante des arbres, on découvre qu’on peut être utile, la vie prend tout son sens."
   

   Ses travaux ne sont pas toujours couronnés de succès mais cela ne l’empêche pas de profiter de l’odeur du jasmin, des figues et des eucalyptus.
   
   Ah oui j’allais oublier, Patmos est une île un peu mystique et Antoine Silber peu à peu se laisse gagner par une certitude, ce n’est pas dans une grotte mais carrément dans cette petite maison que l’apôtre à écrit...
   
   Si vous voulez prendre un petit bain de Méditerranée, lire un livre tout en délicatesse alors glissez ce livre dans votre valise il est encore temps.

critique par Dominique




* * *