Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Précoce automne de Louis Bromfield

Louis Bromfield
  La Mousson
  Précoce automne

Louis Bromfield est un écrivain américain né en 1896 et décédé en 1956.

Précoce automne - Louis Bromfield

Les Etats-Unis d'autrefois
Note :

   Prix Pulitzer 1927
   
   Bien entendu j’avais lu vers 14 ou 15 ans "La Mousson" dont je garde un souvenir très présent mais je n’avais rien lu d’autre de l’auteur, alors j’ai profité des éditions Phébus qui ont réédité la plupart de ses romans et hop en avant pour la Nouvelle Angleterre!
   
   Introduisons-nous dans la bonne société de Durham, celle que vous avez déjà croisée chez Edith Wharton : Les mariages de convenance, les bonnes familles qui se retrouvent entre elles, on jase et on brode, on cache les membres encombrants des familles, on a du mal a accepter les nouveaux venus comme cet O’Hara un irlandais aux origines troubles et qui a osé s’emparer d’une propriété et troubler leur tranquillité.
   
   C’est sous le signe de l’hypocrisie, du puritanisme, de la respectabilité qu’Olivia a épousé Anson Pentland qu’elle n’aime pas et qui ne l’aime pas "C’était un homme qui manquait d’élan, de spontanéité, un être terne, veule et qui embrassait la cause de la morale parce que celle-ci faisait partie des traditions familiales et devait en conséquence être soutenue."
   
   Olivia donne une soirée pour fêter sa fille Sybil qui est de retour de pension, mais Sybil est un peu éclipsée par Sabine Callendar la cousine scandaleuse "qui semblait la reine du bal ", qui était partie pour suivre l’homme qu’elle aimait.
   
   John Pentland le vieux chef de famille est malade et compte sur Olivia pour tenir les rênes du domaine et de la famille, bien conscient que son fils Anson n’est pas à la hauteur.
   
   Que serait une famille sans sa Tante Cassie? La vieille fille dont on se demande si c’est la bêtise qui la rend méchante ou la méchanceté qui la rend bête. Pérorant, avec en permanence un conseil à la bouche jouant "le rôle de messager, allant de maison en maison, faisant halte dans toutes les vérandas pour recueillir ou colporter les dernières nouvelles."
   
   Mais les voies du cœur sont impénétrables et tout va brusquement se mettre en mouvement quand Sybil va faire la connaissance d’un jeune homme et Olivia refuser d’être à jamais étouffée par la famille. Va t-elle parvenir à se révolter face au poids du devoir?
   
   Même si le résumé peut faire penser à une banale histoire romanesque, il n’en est rien, aucun romantisme ici mais de la noirceur, du pessimisme, et des portraits sans aucune concession. Il ne suffit pas de vouloir faire sauter le carcan pour y parvenir. Aucune chance d’être heureuse pour une femme, le corset des traditions les enferme plus sûrement que les barreaux d’une prison. Et quand, comme Sabine, vous osez envoyer valser la morale, cela se termine par un divorce!
   
   Louis Bromfield est un observateur fin et incisif, c’est un observateur redoutable que j’ai pris vraiment grand plaisir à lire et je pense poursuivre ma lecture d’un ou deux autres de ses romans.

critique par Dominique




* * *