Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'homme qui achetait les rêves de Michel Arrivé

Michel Arrivé
  Une très vieille petite fille
  Les remembrances du vieillard idiot, d'Alfred Hellequin
  L'homme qui achetait les rêves

Michel Arrivé est écrivain et linguiste français né en 1936 et mort le 3 avril 2017.

L'homme qui achetait les rêves - Michel Arrivé

Tricoteur d'intrigues
Note :

                          Un être tel que moi totalement dénué d'imagination ne peut s'empêcher de considérer avec admiration et parfois un peu d'envie les dramaturges, scénaristes et romanciers capables d'aller au-delà des facilités autobiographiques pour créer de toutes pièces des personnages, leur inventer des vies et les projeter dans des aventures. On parlait ici même l'autre jour, à propos de Faulkner, de la différence entre les romanciers qui savent vous bousculer et ceux qui vous prennent par la main. Les deux sont également nécessaires à la vie d'un lecteur bien disposé : celui qui vous flanque à bas de votre chaise comme celui qui vous ménage.
   
   Michel Arrivé avait déjà montré dans "Un bel immeuble" qu'il était un remarquable tricoteur d'intrigues. Il récidive ici dans un roman moins foisonnant, certes, mais tout aussi riche du point de vue de l'inventivité. On y retrouve son goût pour la multiplicité des points de vue (journaux intimes, souvenirs, histoires racontées par un tiers) au service de personnages improbables. 
   
   Derrière la description d'une bourgade assoupie de la Champagne profonde, on découvre les secrets de la psychanalyse à la mode brésilienne, quelques arcanes de l'Eglise Baptiste, la sculpture sur tongs, une méthode secrète pour zigouiller les instituteurs, quelques recettes de champignons plus ou moins comestibles et le devenir immobilier des gares de province. Michel Arrivé, on l'a compris, n'est pas de la race des bousculeurs. Mais s'il prend soin de son lecteur et l'accompagne avec prévention, il n'hésite pas à le lâcher en rase campagne. A lui, parvenu au fil de ce roman, de se débrouiller tout seul pour en découvrir quelques secrets cachés.

critique par P.Didion




* * *