Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Du plus loin de l'oubli de Patrick Modiano

Patrick Modiano
  Chien de printemps
  Rue des boutiques obscures
  Accident nocturne
  Un pedigree
  Livret de famille
  Dans le café de la jeunesse perdue
  La petite bijou
  Dora Bruder
  L'Horizon
  Quartier perdu
  L'Herbe des Nuits
  Vestiaire de l’enfance
  Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier
  Du plus loin de l'oubli
  Remise de peine
  De si braves garçons
  La place de l'étoile
  Des inconnues
  Villa Triste
  Souvenirs dormants

Patrick Modiano est un écrivain français né en 1945, Grand prix du roman de l'Académie française en 1972, Prix Goncourt en 1978. Prix Nobel 2014 pour «l'art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l'Occupation».

Du plus loin de l'oubli - Patrick Modiano

Comment la tolérance vient aux hommes
Note :

   Patrick Modiano est l’un des romanciers français actuels que je préfère. En attendant son prochain livre, je patiente avec un autre de ses romans, de 1995, celui-là: "Du plus loin de l’oubli".
   Qu'y trouve-t-on cette fois?
   
   Dans les années 60, à Paris, place saint-Michel, près du métro, le narrateur de vingt ans est abordé par un couple qui lui demande l’adresse du bureau de poste le plus proche. Ils ne se quitteront plus pendant quelques mois, l’homme, Gérard Van Bever, son amie Jacqueline et celui qui deviendra l’amant occasionnel et secret de cette dernière. Eux vivraient, selon leurs dires, d’une martingale gagnante dans les casinos des environs de Paris. Ils savent très peu les uns des autres et s’en contentent. Bientôt ils se retrouvent à Londres. Après quatre mois, la liaison se termine.
   
   Le narrateur garde un souvenir ému de cet épisode lorsqu'il retrouve la femme dans des circonstances bien différentes et avec un autre homme, quinze ans après. Elle feint de ne pas le reconnaître. Retrouveront-ils malgré tout leur complicité passée?
   
   Encore de la nostalgie. Encore de la solitude et de l'errance. Des lieux très précis, des décors d'une époque à peine révolue et un style dépouillé des plus classiques. J'aime, j'aime, j'aime!
   
   "Je ne voyais plus que Jacqueline en face d'eux, seule sur la banquette, les bras croisés. Elle était là, derrière la vitre, dans la lumière jaune, et je regrette de ne pas remonter le cours du temps. Je me retrouverais sur le trottoir de la rue Cujas à la même place qu'autrefois mais tel que je suis aujourd'hui et je n'aurais aucune peine à sortir Jacqueline de cet aquarium, pour la ramener à l'air libre.
   A la sortie de l'hôtel, j'avais fourré dans la poche de mon imperméable A High Wind in Jamaica. Cela me rassurait de garder sur moi, en permanence, un roman que j'aimais."

critique par Mango




* * *