Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le grand troupeau de Jean Giono

Jean Giono
  Le chant du monde
  Solitude de la pitié
  Un de Baumugnes
  Colline
  Un roi sans divertissement
  Regain
  Le hussard sur le toit
  Fragments d’un paradis
  Dès 09 ans: L’homme qui plantait des arbres
  L'homme qui plantait des arbres
  Le grand troupeau
  Jean le Bleu
  Les Âmes fortes
  Que ma joie demeure

Jean Giono est un écrivain et scénariste français né à Manosque en 1895 et décédé en 1970.

Vous trouverez sur ce site la fiche "Jean Giono, le grand western", brillant essai qu' Olympia Alberti a consacré à cet auteur et les rencontres que Pierre Magnan a eues avec lui
Vous trouverez également celle de la biographie que sa fille cadette Sylvie Giono a rédigée.

Le grand troupeau - Jean Giono

La guerre salit
Note :

   Témoignages, documents, littérature, peinture, films rappellent que cette Grande Guerre fut une abominable entrée dans le siècle. Quelques auteurs ont rendu hommage à ces milliers d’hommes et de femmes qui subirent dans leur corps et leur esprit la destruction d’un monde qui leur était familier.
   
   Jean Giono dans son roman "Le grand troupeau" alterne les chapitres : les lignes ennemies, les marmitages, la mort à l’affût avec Olivier et ses camarades, l’angoisse, les difficultés de leurs familles privées de leur soutien pour assurer le travail de la terre, le rôle décisif des femmes restées avec les enfants et les parents.
   
    Dans ses écrits pacifistes (Refus d’obéissance-1937, Précisions, Recherche de la pureté) Jean Giono redit le traumatisme indélébile qui l’a marqué :
   "Je ne peux pas oublier la guerre… je la revois, je la sens, je l’entends, je la subis encore. Et j’ai peur… Je ne me suis pas lavé de la guerre…"

   
   
   Quatrième de couverture :
   
   "Un curé traverse la route en portant une pendule. Un canon anglais passe au grand galop, les chevaux fouettés par les artilleurs français. Un colonel sans capote et nu-tête fait ses grands pas dans l'herbe. De sa main gauche, il tient une boîte de sardines ouverte. Il trempe le pain dans l'huile et il pompe à pleine bouche. Un officier anglais, penché derrière un arbre, allume sa pipe à l'abri. Tout ça s'en va vers le mont Cassel. Un réquisitoire contre la guerre."

   ↓

critique par Michelle




* * *



Un si bel été
Note :

   Depuis quelques mois j’ai lu plusieurs des livres de Nicole Lombard et ses références à Giono sont permanentes, elles donnent nécessairement envie de le lire ou le relire.
   
   Le Grand troupeau écrit en 1931 est de ces envies là.
   
   J’étais un peu sceptique avant ma lecture, mes lectures de Giono antérieures ne cadraient pas bien avec un récit de guerre.
   
   Eht bien au temps pour moi, c’est certainement un des plus beau roman sur la guerre que j’aie lu, avec une approche tellement singulière qu’elle va rester je pense inoubliable pour moi.
   
    Août 14, les hommes appelés au combat quittent leurs fermes, leurs champs, leurs femmes et leurs enfants.
   
   Joseph marié à Julia est un des premiers à partir, suivra Olivier amoureux de Madeleine. Restent à la ferme pour faire les moissons et les vendanges que deux femmes et un papé.
   
   Bientôt les récoltes et le bétail seront aussi réquisitionnés. Même le mulet est réquisitionné.
   
   Bien sûr lors du retour du front rien ne sera simple, amputation, blessure volontaire vont marquées à jamais hommes et femmes.
   
   Simple me direz-vous, alors qu’est-ce qui fait de ce roman un très très grand livre?
   
   Tout d’abord un scène d’ouverture absolument fulgurante, un énorme troupeau de moutons traverse vallées et villages avec seulement deux bergers tous les hommes ayant été appelés, et ce troupeau impressionne "tout l'air tremblait et on ne pouvait plus parler", métaphore saisissante des hommes que l’on conduit à la boucherie que sera la guerre.
   "Parfois, ça devait s’arrêter là-bas, au fond des terres où s’était perdu le berger… L’arrêt remontait le long du troupeau, puis ça repartait avec un premier pas où toutes les bêtes bêlaient de douleur ensemble."
   

   Ensuite Giono va tout au long du roman nous faire passer de l’arrière provençal au champ de bataille mais sans jamais être précis sur les lieux, sur les dates. Ce flou voulu rend le récit atemporel et lui confère une force supplémentaire.
   
   Giono le pacifiste ne se perd pas en discours inutiles, ses descriptions du chaos sont bien suffisantes, il nous fait sentir en quelques phrases l’angoisse du soldat, les gestes de Joseph auprès d’un blessé disent tout de la peur, de la douleur. Pas de scènes héroïques, pas de descriptions de bataille. Les hommes seuls importent. La folie guette parfois.
   
   Giono peint ce monde rural dévasté par le départ des hommes et les annonces de morts et de blessés. Une scène très forte m’a particulièrement remuée celle d’un hommage rendu, une cérémonie "au corps absent" car l’homme n’a jamais été retrouvé.
   
   Les femmes qui vont empoigner le travail des hommes mais qui la nuit venue cherchent dans le lit la marque de l’absent "Elle vint découvrir le grand lit. Il en a tellement l’habitude que la place du Joseph est encore formée et que, dans le blanc des draps, ça fait comme un homme d’ombre couché là".
   
   Il faut être un grand romancier pour parvenir à teinter un tel récit d’éclats de poésie.
   "Il n’y aurait qu’à ouvrir la fenêtre, tout deviendrait clair. Les amandiers et sur le blé ces ombres rondes comme des pastèques. Et ce vent frais tiré de l’eau. Les tulipes et les hirondelles, ces fleurs d’amandier qui tombent."
   

    Ce roman est comme la suite naturelle de Jean le bleu qui se termine ainsi :
   "On entra dans l’année quatorze sans s’en apercevoir. Elle fit tout doucement son jeu de neige, d’hirondelles, d’amandiers en fleur. Les blés montèrent comme d’habitude. Les tulipes des champs arrivèrent à l’heure ; elles sortaient paisiblement des vieux oignons du printemps treize. Les hirondelles retrouvaient leurs nids. Les hases avaient fait des troupes de petits levrauts. Autour des bergeries on agrandissait les barrières parce que, cette année-là, le sel des béliers s’annonçait bien divisé ; on avait presque un tiers de plus d’agneaux. "
   
   Faites une place à ce livre dans votre bibliothèque !

critique par Dominique




* * *