Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Mécanique des fluides de Lidia Yuknavitch

Lidia Yuknavitch
  La Mécanique des fluides

La Mécanique des fluides - Lidia Yuknavitch

Autofiction
Note :

   Rentrée littéraire 2014
   
   
   C'est toujours très compliqué d'écrire sur sa vie, surtout lorsque certains événements tellement sensibles mériteraient bien le secret. Pourtant Lidia Yuknavitch assume et déballe tout. On pourrait craindre le voyeurisme mais le traitement semble tellement maîtrisé, dans une langue déliée, naturelle mais toujours en recherche et nourrie de références littéraires. "La mécanique des fluides", une autofiction courageuse qui mérite plus que le détour.
   
   Lidia Yuknavitch est issue d'un clan compliqué : une mère infirme et alcoolique, un père tortionnaire, une sœur qui n'attend qu'une chose : fuir au plus vite une ambiance familiale détestable. Plongée dans le grand bain très tôt, futur espoir national, elle enchaîne les entraînements de natation, sas de sécurité intérieure. Ouverte à tout type d'expériences (sexuelles, toxicomanes, littéraires, matrimoniales etc.), elle déroule les drames de sa vie comme ses réussites. "La mécanique des fluides" explore les méandres de l'âme humaine à travers une athlète amputée de l'intérieur, écrivaine en devenir, en pleine résilience (son retour à la vie). Tel un phénix, l'auteure a su renaître de ses cendres/démons grâce à l'amour (à toutes les formes d'amour).
   
   Bien sûr, Lidia Yuknavitch aurait pu ennuyer mais elle réussit à capter l'attention par un récit volontairement découpé et non linéaire, par des anecdotes percutantes (la recherche d'un arbre de Noël en particulier). Elle travaille la langue avec des néologismes sonnants, avec des phrases choc (dont l'incipit) ou sans ponctuation parfaitement accentuées par les mots qui les composent. Elle délivre un message magnifique sur l'amour (à relire continuellement, en fin d'ouvrage). Un récit accaparant, déroutant, foncièrement intelligent et qui ne laisse pas insensible. Un quasi-coup de cœur pour moi et une détestation pour d'autres : quand je vous dis qu'il ne laisse personne indifférent!
   
   Traduction de Guillaume-Jean Milan (mention spéciale à ce traducteur qui, à mon avis, est profondément littéraire et a su transcrire l’œuvre de Lidia Yuknavitch sans la trahir)
   
   
   Présentation de l'éditeur :
   
   "Nageuse depuis sa plus tendre enfance et espoir pour les Jeux olympiques, Lidia cherche à tout prix à échapper à un univers familial malsain et oppressant, entre un père alcoolique et une mère dépressive. Elle accepte une bourse sportive pour entrer dans une université au Texas, mais est renvoyée aussi sec pour consommation de drogues et d’alcool. Lidia décide alors de participer au projet d’écriture de Ken Kesey, auteur culte de "Vol au-dessus d’un nid de coucou", car, elle en est convaincue, l’écriture est sa vocation."

critique par Philisine Cave




* * *