Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Rivage de Barbarie de Norman Mailer

Norman Mailer
  Rivage de Barbarie
  Un Château en forêt

Norman Kingsley Mailer est un écrivain et réalisateur de cinéma américain, né en 1923 et mort en 2007 à New York.

Rivage de Barbarie - Norman Mailer

Bienvenue dans la maison des fous, prenez donc une chaise
Note :

   Il ne fallait pas le dire, c'est vrai que c'est toujours risqué de se vanter, de louer sa propre chance, parce qu'à un moment ou à un autre, cela nous retombe forcément sur le bout du nez. Et oui, il y a quelques jours je m'étonnais de ne lire que des livres qui m'enthousiasmaient et voilà qu'aujourd'hui, coup dur, je tombe sur un livre qui ne me plaît qu'à moitié et c'est d'autant plus difficile d'en parler.
   
   Je me lance, j'ai donc lu Rivage de Barbarie de Norman Mailer (1951). Le début du roman m'avait plu. Le narrateur, Mikey Lovett, est un amnésique à la recherche de son passé. Pour trouver le temps d'écrire et s'isoler du monde, il prend une chambre dans une maison miteuse de Brooklyn. Cette maison est tenue par Guinevière, une blonde un peu défraîchie et aguicheuse qui se promène en sous-vêtements toute la journée (degré de folie 3,5/5). Les autres habitants de la maison sont :
   - Monima, la fille de 3 ans de Guinevière, que celle-ci entraîne pour être actrice et qui en plus d'être à moitié hystérique exerce son tout jeune pouvoir de séduction sur tous les hommes qui passent à portée de ses dents de lait (degré de folie 4/5)
   - Mac Leod un ancien (?) communiste isolé et étrange avec lequel Lovett sympathise (degré de folie 0 ou 1/5)
   - Hollingsworth, environ 25 ans, agent du FBI qui est en planque pour démasquer Mac Leod qu'il pense être l'ancien dirigeant d'une faction marxiste et qui serait responsable de plusieurs meurtres (degré de folie 3/5, degré d'antipathie 6/5).
   - Lannie, une jeune fille complètement folle (schizophrène selon la quatrième de couverture), que Lovett prend sous son aile (degré de folie 6/5).
   
   Il faut bien reconnaître que Rivage de Barbarie est un roman intéressant qui se penche sur la société américaine à la fin des années 40 et au tout début des années 50, une société en pleine chasse aux communistes. Mailer analyse aussi longuement l'évolution du marxisme, du communisme et du socialisme dans un monde où les échecs de l'URSS commençaient à se savoir. Malheureusement pour moi, les passages consacrés à cette question m'ont paru vraiment trop longs et, dans l'ensemble, je ne leur ai trouvé que peu d'intérêt.
   
   Pour résumer, j'ai vraiment aimé le côté narratif de Rivage de Barbarie alors que je me suis endormie sur son côté théorique...

critique par Cécile




* * *