Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Météorologue de Olivier Rolin

Olivier Rolin
  Un chasseur de lions
  Le Météorologue
  Solovki – La bibliothèque perdue
  Veracruz

Olivier Rolin est un écrivain français né en 1947. Il est le frère de Jean Rolin.

Le Météorologue - Olivier Rolin

Herboriser, temporiser...
Note :

   Rentrée littéraire 2014
   
   Une enquête sur le créateur du service météorologique de l’URSS Alexeï Féodossiévitch Vangengheim voila ce que propose le journaliste Olivier Rolin.
   
   Alexeï aime son métier et, confiant dans l’avenir de l’URSS, il est fier de faire que les trains arrivent à l’heure, que les moissons soient programmées au bon moment!
   
   Il est Ukrainien d’origine noble et est victime de la terreur stalinienne en 1934. Arrêté et envoyé aux îles Solovki, le premier camp du Goulag où il sera exécuté trois ans plus tard.
   
   L’auteur O Rolin est aux Solovki pour réaliser un documentaire pour la chaîne Arte sur la bibliothèque du camp qui comptait 30 000 volumes. Il prend connaissance de lettres, dessins d’un détenu pour sa fille Eleonora à qui il faisait croire qu’il était en voyage d’exploration. C’est ainsi qu’il s’est intéressé à Alexeï Vangengheim.
   
   Celui-ci est tout sauf un héros, c’est un homme tourné vers l’avenir. Il imagine le développement des énergies éoliennes et solaires, c’est un communiste convaincu. Pendant trois ans, croyant à une erreur, il va envoyer lettre sur lettre à Staline demandant sa libération. Dans quelle mesure il garde sa foi c’est difficile à dire, ces lettres et les portraits qu’il fait du Petit père des peuples sont peut-être une façon de maintenir sa famille à l’abri.
   
   Son travail à la bibliothèque l’aide à supporter la faim et le froid, la peur.
   
   C’est le portrait d’un homme simple, représentatif de toutes les victimes anonymes, pris dans la tourmente de la Grande Terreur qui vit 750 000 exécutions en quelques 14 mois.
   
   Olivier Rolin appuie son récit sur les quelques 160 lettres de Vangengheim envoyées à sa famille. Dans chacune d’elles il ajoute des dessins, des charades, un herbier à destination de sa fille. Réhabilité après la mort de Staline ce n’est que depuis l’éclatement de l’URSS que sa fille connait les circonstances exactes de sa mort.
   
   C’est une enquête bien menée, fouillée, claire. Le destin de cet homme touche profondément. Remarquable.

critique par Dominique




* * *