Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Voisins d'ailleurs de Clifford D. Simak

Clifford D. Simak
  Demain les chiens
  Une Chasse Dangereuse
  Les Visiteurs
  Voisins d'ailleurs

Né en 1904, Clifford D. Simak est décédé en 1988. Auteur de science fiction reconnu, ayant publié une cinquantaine de romans et recueils de nouvelles, il a obtenu de nombreux prix (dont le célèbre Prix Hugo à 3 reprises).

Il a été lu dans le cadre des mois "L'Age d'or de la Science Fiction".

Voisins d'ailleurs - Clifford D. Simak

Le profond humanisme de Simak
Note :

   Neuf nouvelles dont une bonne part d'inédites, ou dont la parution date d'il y a si longtemps, qu'il serait nécessaire de se procurer une machine à voyager dans le temps.
   
   Des nouvelles que je ne résumerai pas ici afin de laisser le plaisir de la découverte intact.
   
   Il y a un profond humanisme dans les histoires que nous conte Clifford D Simak. Un petit parfum suranné, et un message de tolérance universelle. Nous sommes tous quelque part le héros de chacune de ces nouvelles. Un peu solitaire, amoureux d'une tranquillité bucolique, de grands espaces.
   
   Le format de la nouvelle permet d'éviter l'écueil d'une trop forte description technique. Avec Simak, aucune chance de devenir le premier Nobel de mathématiques, mais s'identifier reste largement faisable. On devient ainsi un fermier dans un coin reculé issu de la jeunesse de l'auteur dans le Wisconsin, archéologue dans les Pyrénées (d'accord cela contribue aussi à ma subjectivité avec l'auteur).D'un auteur qui fut tour à tour cultivateur, instituteur puis journaliste, on assiste à un festival couvrant une majorité des thèmes de la SF. Le voyage dans le temps, l'immortalité, la rencontre du troisième type... tout est abordé avec un réel plaisir de lecture.
   
   La seule histoire qui ne m'aie pas réellement captivé est la dernière "le puits siffleur", qui tente maladroitement de se donner un style Lovecraft, mais peine à trouver un rythme. Le reste est un festival de bonheur tranquille avec une préférence pour... euh toutes les autres!

critique par Le Mérydien




* * *