Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La femme au carnet rouge de Antoine Laurain

Antoine Laurain
  Fume et tue
  Carrefour des nostalgies
  Ailleurs si j'y suis
  Le chapeau de Mitterrand
  La femme au carnet rouge

Antoine Laurain est un auteur français né en 1970.

La femme au carnet rouge - Antoine Laurain

Livre doudou, ça fait du bien
Note :

   "Laure Valadier se fait voler son sac à main un soir devant l'immeuble parisien de son appartement : plus de clés pour entrer, un sérieux coup à la tête dû à sa résistance courageuse face à son agresseur, bref, la nuit promet d'être joyeuse. En se réfugiant à l'hôtel du coin, elle s'endort pour un temps certain. Le lendemain, un libraire parisien, Laurent Letellier, retrouve ledit sac abandonné sur une poubelle et recherche la propriétaire à l'aide du contenu restant : un livre de Modiano, un médaillon, du parfum, du rouge à lèvres, des clés etc. La chasse au trésor est ouverte!"
   
   Tout me plaît dans "La femme au carnet rouge" : les personnages sont dignes, l'histoire est très bien écrite, nourrie par des références multiples. La plume d'Antoine Laurain me touche : il ne surjoue pas, il manipule gentiment ses héros, les laisse hésiter, prendre des risques, oser et pleurer. Et puis, appeler un chat Belphégor ou mettre en scène Patrick Modiano en tant que personnage secondaire mais néanmoins essentiel à l'enquête, six mois avant sa distinction suédoise, me semblent des gages de haute qualité visionnaire! Antoine Laurain s'amuse et nous prenons beaucoup de plaisir à le lire : tout est doux, fragile, ténu. Dans son monde, les adultes se disputent une recette du pot-au-feu, Poutine n'en fait qu'à sa tête (dans la réalité aussi, malheureusement), l'insupportable Chloé offre la plus jolie des ouvertures. Et les dernières phrases, dignes du film "Le fabuleux destin d'Amélie Poulain" de Jean-Pierre Jeunet, placent la virgule finale au bon endroit!
   
   C'est un livre qui fait un bien fou et que je vous encourage à déguster.

critique par Philisine Cave




* * *