Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'humour c'est sérieux ! de Jacques Le Goff

Jacques Le Goff
  L'humour c'est sérieux !

L'humour c'est sérieux ! - Jacques Le Goff

Quelqu’un en doutait ?
Note :

   Quand un professeur émérite des universités, qui fut en supplément dix ans inspecteur du travail, se mêle d'écrire un livre sur l'humour, on est en droit de se poser des questions! Erreur qu'il ne fallait pas faire! Et l'on dit que les Bretons sont tristes!
   
   D'entrée de jeu, la couverture est superbe, un Buster Keaton qui arracherait des larmes à un menhir! La classe.
   
   Un essai très sérieux sur l'humour qui devrait être remboursé par la sécurité sociale! Une œuvre que je déclare haut et fort d'utilité publique.
   
   Dans son introduction Jacques Le Goff nous explique que pour lui l'humour est un exutoire aux soucis professionnels! Le rire contre le stress, superbe antidote.
   Une question mérite que l'on s'y intéresse et l'auteur la pose :
   - Mais qu'est l'humour au juste?
   Vaste débat!
   L'humour n'a pas de frontière. On connaît (et parfois il le mérite) l'humour pince sans-rire anglais, l'humour juif, l'humour belge (surtout des français pour tourner les belges en dérision) et plus près de chez moi l'humour bigouden! Réputés pour leur avarice, que je n'ai jamais constatée, ils sont surtout en Bretagne les victimes de blagues souvent douteuses!
   Les personnages sont des humoristes, des vrais! Et tout un assortiment de gens que l'on ne pensait pas voir figurer ici.
   Parmi ceux que l'on trouve et dont la présence est évidente (je ne peux pas tous les citer), invoquons bien évidement Raymond Devos, Pierre Dac, Francis Blanche, Pierre Desproges pour les contemporains. Pour les anciens la liste serait trop longue.
   Dans la liste des plus surprenants : Winston Churchill à la langue acérée, Agatha Christie et Jonathan Swfitt pour son féroce pamphlet "Modeste proposition", chef d’œuvre d'humour noir et désespéré.
   L'auteur nous rappelle que deux juristes sont les auteurs d'un ouvrage de référence sur... San Antonio!
   
   En conclusion, l'humour a-t-il encore de l'avenir ou devrons nous, surtout à la télévision, nous contenter de grossièreté sur fond de rires préenregistrés?
   Tout cela est tragique! Même pas tragi-comique!
   
   Un dernier mot à destination de l'auteur : un grand merci pour m'avoir fait découvrir un dénommé Ferdinand Lop, personnage excentrique, loufoque qui fut plusieurs fois candidat à la présidence de la République avec, simple exemple dans son programme :
   -"La nationalisation des maisons closes pour que les filles puissent avoir les avantages de la fonction publique."
   
   Florilège d'auteurs divers :
   
   - Un cocu? Un entier qui partage sa moitié avec un tiers. Alphonse Allais.
   
   - Rien d'immoral dans mes livres. Il n'y a que des meurtres. Agatha Christie.
   
   - Une fois rien, c'est rien. Deux fois rien ce n'est pas beaucoup. Mais trois fois rien! Pour trois fois rien, on peut s'acheter quelque chose. Raymond Devos.
   
   - La marée haute est une marée condescendante et la marée basse est une marée déférente. Pierre Dac.
   
   - Le drame de la vieillesse, ce n'est pas qu'on se fait vieux, mais qu'on reste jeune. Oscar Wilde.
   
   - Je me suis fait opérer... des avarices. Humour bigouden.
   
   - Le véritable humour devint à cet "humour" facile et souvent vénal, ce que l'érotisme est à la pornographie.
   
   - C'est peut-être comique dans le style farce ou burlesque, et ce n'est pas drôle au sens de l'humour.
   
   - L'humour, de quoi s'agit-il?
   
   - On l'a dit, le véritable humour commence par soi, par l'autodérision qui n'est qu'une manière de mise à distance de soi-même dans un rapport ironique.
   
   - L'humour peut aussi devenir un exutoire à l'agacement.
   
   - Nos résultats confortent l'idée que le sens de l'humour peut prolonger la durée de vie. Son effet est positif sur la santé mentale et la vie sociale même après la retraite"
il serait dommage de s'en
   priver!*
   
   
   * Étude norvégienne menée sur une cohorte de 53 000 personnes.

critique par Eireann Yvon




* * *