Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ce qui est arrivé aux Kempinski de Agnès Desarthe

Agnès Desarthe
  Mangez-moi
  Le principe de Frédelle.
  Le remplaçant
  Dès 09 ans: Dur de dur
  Un secret sans importance
  Dès 06 ans: Les frères chats
  Cinq photos de ma femme
  Dans la nuit brune
  Une partie de chasse
  Ce qui est arrivé aux Kempinski
  Ce cœur changeant
  La chance de leur vie
  V.W. (Le mélange des genres)

Agnès Desarthe est une auteure française de livres pour adultes et pour enfants, née à Paris en 1966 à Paris.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Ce qui est arrivé aux Kempinski - Agnès Desarthe

Un hymne à la vie
Note :

   "Ce qui est arrivé aux Kempinski" est un très bon recueil de nouvelles. Il est rare d'être déçu(e) par la plume et la prose d'Agnès Desarthe : là, je dois dire qu'à part deux ou trois écrits, l'ensemble global m'a semblé d'un haut niveau littéraire, surtout dans ce registre exigeant que représente la nouvelle.
   
   On démarre par l'étrange avec "Faire son piano" (entre rêve et réalité, fantasme et désir musical, une bascule vers la folie), on continue sur l'épitaphe avec "Un disciple", on s'écrase devant "Une leçon de vol libre" (un cadeau que la lecture de ce texte), on est attendri(e)par (puis on déteste) "L'homme à la tête de hibou" (encore un autre bijou littéraire), on est attendri(e) et on vénère la "Lettre ouverte" (splendide Solange Zitomer, douce et magnifique imposteuse, tout comme Mercedes Esteban de "La table de Mendeleïv"), on partage un moment d'émotion avec T"onton Achille" (où résumer une vie par un objet peut s'avérer délicat). Il ne se passe jamais rien ici et pourtant, un soldat inconnu trouve une réincarnation étonnante. "Le Comité" est un coup d'essai réussi dans l'art du fantastique et de l'anticipation
   
   Agnès Desarthe joue avec la frustration du lecteur : "Vingt-quatre marches" en est la preuve! J'aurais aimé plus de développement, rester plus longtemps avec les personnages : la chute certes parfaite m'a semblé trop avancée. "Pseudonyme" parle de rencontres fortuites mais qui font du bien, de ces héros du quotidien, dignes et humbles.
   
   J'ai moins accroché à "L'oreille humaine", à "Dans l'oreille du diable" (j'ai visiblement un problème avec l'auditif) et à la toute dernière, "Ce qui est arrivé aux Kempinski".
   
   Quatorze récits, quatorze univers. À part le champ poétique, tous les thèmes sont abordés. J'ai glissé sans problème dans les histoires : tout est rythmé, coordonné, si juste. Écrire pour Agnès Desarthe paraît aussi facile et évident que boire ou manger. Rien n'est forcé dans ses textes. Elle a cette faculté de nous faire oublier ce qui vient d'être dit, de nous concentrer sur le présent (son présent). Il n'y a ni donneurs de leçons, ni morale.
   
    Elle me semble plus à l'aise sur des textes d'une dizaine de pages ou plus, parce que d'une certaine façon, son écriture exige un temps d'installation. Ce qui est incroyable est sa façon de laisser l'imaginaire du lecteur libre : rares sont les intrigues où le dénouement demeure unique. C'est voulu (non pas par paresse), mais plutôt comme prolongement de son écrit. On flirte continûment entre le réel et l'imaginaire.
   
   "Ce qui est arrivé aux Kempinski" est un hymne à la vie et aux nouvelles : un art que visiblement Agnès Desarthe maîtrise à la perfection.

critique par Philisine Cave




* * *