Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

N comme: Tyler Cross de Fabien Nury

Fabien Nury
  N comme: Il était une fois en France, T 1 - L’empire de Monsieur Joseph
  N comme: Il était une fois en France, T5, Le petit juge de Melun
  N comme: La mort de Staline, T1
  N comme: Tyler Cross

N comme: Tyler Cross - Fabien Nury

Un homme passe, d'autres trépassent
Note :

   Dessins : Brüno
   
    "Un jour, Tyler Cross paiera pour ses crimes...En attendant, il en commet d’autres."
   Revoici le duo Brüno et Nury qui a déjà commis Atar Gull. Mais cette fois ci, on est en plein film noir années 50. La référence étant pour cette BD le film ou Spencer Tracy arrive dans un bled paumé au fond de nulle part "Un homme est passé" réalisé par John Sturges. Reprise de certains cadrages, découpage du script.
   
   L’utilisation de références à tout va pour le plus grand plaisir du lecteur. C’est vrai, "un homme est passé" reste pour moi un des plus grands films, découvert dans ma jeunesse par le biais de m’sieur Eddy, un mardi soir car il n’y avait pas école le lendemain…( no comment).
   
   Voici le pitch comme ils disent : "Tyler Cross vient de braquer 17 kilos d’héroïne pure appartenant à la Mafia. Il a 20 dollars en poche, un fusil à pompe, un Colt à la ceinture, et il est à pied, seul, au fin fond du Texas. Direction Black Rock, un bled paumé sous la coupe d’un magnat du pétrole et de ses fils. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les péquenauds de Black Rock se souviendront longtemps du passage du gangster dans leur ville!"
   

   Le film noir pur jus. Avec un brin d’ironie, peu d’apitoiement, mais beaucoup d’action. Sans conteste une réussite de la rentrée littéraire 2013, tout du moins pour celle de la BD qui dans l’ensemble à beaucoup plus à dire que celle des 550 ouvrages attendus en librairie.
   
   Tout cela n’est pas politiquement correct, mais c’est un vrai régal qu’une bonne histoire sans faille dans le rythme!

critique par Le Mérydien




* * *