Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L comme: Les vieux fourneaux Tome 1 - Ceux qui restent de Wilfrid Lupano

Wilfrid Lupano
  L comme: L'homme qui n'aimait pas les armes à feu
  L comme: Le singe de Hartlepool
  L comme: Les vieux fourneaux Tome 1 - Ceux qui restent
  L comme: Les vieux fourneaux Tome 2 - Bonny and Pierrot
  L comme: Un océan d'amour
  L comme: Communardes! Nous ne dirons rien de leurs femelles...
  Dès 03 ans: Le loup en slip

Wilfrid Lupano est un scénariste de bande dessinée français, né en 1971 à Nantes.

L comme: Les vieux fourneaux Tome 1 - Ceux qui restent - Wilfrid Lupano

Le road-movie des papies vengeurs
Note :

    Dessins : Paul Cauuet
   
   
   Prix des Libraires de bande dessinée 2014
   Fauve d'Angoulême Prix du public Cultura 2015

   
   "Dis, depuis qu'on est partis de chez Garan-Servier, t'as l'air d'un crabe qui a raté la marée. Y'a quelque chose qui va pas?".
   

   Lucette vient de fausser compagnie à Antoine pour rejoindre un monde meilleur. Ce jour d'enterrement est aussi celui des retrouvailles avec ses vieux copains Mimile et Pierrot. On sent une connivence de longue date entre ces trois là, autour de la pétillante Lucette qui a claqué un jour la porte du laboratoire où elle travaillait pour monter un petit théâtre de marionnettes. Les souvenirs fusent, les bons et les moins bons, les trois pépés n'engendrent pas la mélancolie malgré les circonstances. Sophie est là aussi, la petite-fille de Lucette, enceinte jusqu'aux yeux et fraîchement plaquée par son copain.
   
   Mais Antoine est chiffonné par un courrier laissé chez le notaire par Lucette et dont il doit prendre connaissance le lendemain. Qu'avait-elle donc à lui dire? Ses copains l'accompagnent et le pot aux roses est assez croquignolet, Lucette, la Lucette d'Antoine a eu une liaison avec son patron, Garan-Servier, patron détesté et combattu pendant toute sa vie de travailleur.
   
   La honte des hontes... Antoine voit rouge, très rouge et se fait la malle tout seul, direction l'Italie où il sait que Garan-Servier coule une retraite dorée. Il a emmené son vieux fusil et ses intentions ne font aucun doute. Ils ont le sang chaud les pépés! Ses copains ne peuvent pas le laisser s'embarquer dans cette galère, les voilà lancés à sa poursuite, avec Sophie.
   
   Je ne peux qu'ajouter ma touche aux éloges lus jusqu'à présent sur cette BD. Elle est terriblement jubilatoire à tous points de vue. Le politiquement correct est au vestiaire et quel bonheur de voir des vieux qui n'ont pas baissé les armes et continuent de lutter comme dans leur jeunesse de syndicalistes aguerris, en faisant flèche de tout bois. Les dialogues sont un régal permanent, et les dessins sont aussi drôles et réussis que le texte. Ce road-movie vengeur va prendre une allure déjantée avec des pointes d'adrénaline hautes en couleurs.
   
   J'ai adoré et j'attends avec impatience d'avoir lu le tome 2. De quoi me convertir définitivement à la BD.
    ↓

critique par Aifelle




* * *



Elle est où, la Révolution ?
Note :

    "Pierrot, Mimile et Antoine, trois septuagénaires, amis d’enfance, ont bien compris que vieillir est le seul moyen connu de ne pas mourir. Quitte à traîner encore un peu ici-bas, ils sont bien déterminés à le faire avec style : un oeil tourné vers un passé qui fout le camp, l’autre qui scrute un avenir de plus en plus incertain, un pied dans la tombe et la main sur le coeur. Une comédie sociale aux parfums de lutte des classes et de choc des générations, qui commence sur les chapeaux de roues par un road-movie vers la Toscane, au cours duquel Antoine va tenter de montrer qu’il n’y a pas d’âge pour commettre un crime passionnel."
   
   Soyons honnête, c’est bien écrit, ça démarre sur les chapeaux de roue, et dès le début je suis flatté par le discours de Sophie :
    "La vieillesse un fléau mondial !"

   Je ne peux qu’acquiescer lorsqu’elle déclare : "Vous êtes inconséquents, rétrogrades, bigots, vous avez sacrifié la planète, affamé le Tiers-Monde ! En quatre-vingts ans, vous avez fait disparaitre la quasi-totalité des espèces vivantes, vous avez épuisé les ressources,bouffés tous les poissons ! Il y a cinquante milliards de poulets élevés en batterie chaque année dans le monde, et les gens crèvent de faim ! Historiquement, vous… Vous êtes la pire génération de l’histoire de l’humanité !"
   
   Et puis tout dérape, ce sont tous des vieux sympas, un syndicaliste, un anar, un solitaire silencieux. Et hop, happy end.
   
   Ne boudons pas le plaisir des dialogues qui percutent, une histoire qui déroule sans peine. Mais finalement, autant je reste admiratif de la génération précédente, autant je trouve que c’est faire beaucoup d’honneur à une génération qui ne ressemble que peu à ces trois là ! Et hormis une ou deux phrases, ces vieux fourneaux sont vite dédouanés du monde qu’ils sont en train de nous laisser, et dont le quatrième volet s’appelle la dépendance car charité bien ordonnée ne s’occupe que de soi même.( mais si on vous le jure, ils adorent leurs petits enfants…)
   
   L’histoire est bien menée, les idées de nos anars sont très sympa, dommage que cela ne leur corresponde pas. Où sont ils les opposants aux aéroports ou aux barrages dans cette génération ?
   
   PS: Il y a un tome 3

critique par Le Mérydien




* * *