Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Goût des mots de Françoise Héritier

Françoise Héritier
  Le Goût des mots

Le Goût des mots - Françoise Héritier

Le goût des listes
Note :

   Fine observatrice de nos sociétés, analyste pertinente de nos comportements et de nos motivations, Françoise Héritier consacre ce nouvel essai à la jouissance du langage. Chacun de nous perçoit d’abord sa langue maternelle par les sens : l’ouïe évidemment en premier chef. Mais l’auteur nous convie à retourner puiser dans nos premiers rapports aux mots les sensations initiales, parfois plus abruptes et détachées de l’organisation du sens du discours. Dans ce qu’elle appelle "cette parlure intime (…) assez mécanique (…) au delà- des encordages du sens", chacun de nous peut raviver le souvenir d’un mot que l’on a déformé involontairement en lui attribuant une image, une odeur, une couleur. Dans mon expérience propre, je me souviens que mon frère et moi nous battions pour être celui qui s’assiérait autour de la table familiale sur un “ tas-de-bourets “ :Nous étions une famille nombreuse et les chaises traditionnelles occupaient trop de place dans la cuisine de la ferme. De même ma belle-mère, née parisienne, s’amusait-elle à évoquer sa méprise enfantine au sujet des "sergents d’huile" censés assurer la civilité des trottoirs et des carrefours de la capitale. C’est dire que les propositions de l’anthropologue font mouche immédiatement et avivent notre curiosité pour la suite de son propos.
   
   Ce rapport affectif posé, Françoise Hériter développe les références aux couleurs des sons et des mots, ce que Rimbaud a définitivement révélé grâce au sonnet Voyelles (1872). Mais en sa qualité d’ethnologue, l’auteure élargit la spontanéité poétique et élabore le recensement de registres de mots, elle désigne comme la catégorie la plus courante ceux dont sens et assonance s’associent naturellement. Puis viennent ceux qui créent de la "sidération, les mots qui ne ressemblent pas à la chose, qui ne lui vont pas, qui basculent dans l’étrangeté" (page 17). Enfin la troisième catégorie, plus spécifique à chacun d’entre nous, regorge de trésors inventifs puisqu’elle est constituée de "tous les mots qui ont d’emblée pour moi un autre sens que celui qu’ils ont ordinairement.".
   Je me garderais de reproduire ici les multiples exemples illustrant la démonstration. Certains sont amusants, d’autres étonnants, la plupart déclenchent une petite madeleine enfantine dans notre mémoire de lecteur. Françoise Héritier projette sa recherche sur les expressions populaires, "les lieux communs qui servent à communiquer directement une expérience concrète doublée d’une émotion sans passer par le truchement d’une pensée analytique et explicative abstraite.( Page 36).
   
   Au lecteur de découvrir les énumérations que nous livre l’essayiste. En la matière, sa plume est prolixe. Considérons pour preuve la liste établie pages 41-42 des différents termes s’apparentant au registre émotionnel: environ 200 mots tout de même! il en ira de même des différents registres de mots ou d’expressions communes, qu’elle dresse avec délectation, et que les amateurs de verbalisation apprécieront largement au fil des pages consacrées à ces rubriques. Pour ma part j’avoue avoir trouvé de tels recensements un peu trop longs.
   
   La limite de l’exercice est atteinte ici, et l’on aborde enfin un nouvel usage du recours prolifique aux maximes toutes faites. La dernière partie de l’ouvrage de Françoise Héritier nous réserve un divertissement plus amusant et productif, et dont s’inspirera sans doute quelque animateur d’atelier d’écriture de ma connaissance! Avec humour et méthode digne des Oulipo et autres essais surréalistes, Françoise Héritier construit quelques saynètes n’utilisant que ces fameux lieux communs répertoriés. Je vous livre ici un court extrait de la seconde histoire, mais les trois exemples rachètent amplement la lassitude dénoncée un peu plus haut :
   " Je vais bientôt casser ma pipe, je le sens, mais j’y vais à reculons, croyez-moi. Je ne suis pas un saint. J’ai couru le guilledou, mais j’ai aussi assuré.
   J’ai grandi à la va comme je te pousse, toujours un peu triste comme un chien battu. J’ai longtemps rongé mon frein dans mon coin avant de me lancer dans l’arène. Mais quand j’ai démarré, c’était sur les chapeaux de roues. Sans tambour ni trompette, j’ai fait mon petit bonhomme de chemin…" (Pages 97-98)

   
   En conclusion, l’auteure confesse avoir "… joué avec les mots pour s’en servir de la manière la plus rentable et la plus œcuménique possible tout en sauvegardant l’étincelle primitive de la compréhension du réel à travers les sons purs." Elle ajoute : "Les sons sont porteurs de sens. À nous d’en tirer parti pour créer un monde …". Mine de rien, Françoise Héritier nous glisse une recette destinée à redynamiser notre sens de la communication englué trop souvent dans la pratique mécanique de notre langue. En considérant chaque élément du langage comme un jeu, elle leur attribue une nouvelle saveur et nous ouvre les pistes d’une jouissance créatrice à tous les niveaux d’expression.

critique par Gouttesdo




* * *