Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Confession d’une grosse patate de Susie Morgenstern

Susie Morgenstern
  Dès 08 ans: Joker
  Ados: Confession d’une grosse patate
  Dès 09 ans: La classe pipelette
  Dès 06 ans: Chouette ! Je lis tout seul
  Dès 11 ans: La sixième

Ados: Confession d’une grosse patate - Susie Morgenstern

Souffrir de ne pas être dans la 'norme'
Note :

   À partir de 13 ans.
   
   Ce livre s'inscrit dans la collection intitulée «confessions» des éditions la Martinière où de grands auteurs de la littérature jeunesse parlent avec sincérité de leur adolescence.
   
   En découvrant celui-ci, j'ai été vraiment très émue par les confessions de l'auteure, la 'grande' Susie Morgenstern, qui pour moi n'aura jamais rien d'une «grosse patate». Elle, cette femme si enjouée, si chaleureuse dans ses contacts simples avec ses lecteurs, m'a bouleversée par ses aveux sur sa profonde souffrance d'être grosse.
   
   Cet irrésistible besoin de manger, d'engloutir, de dévorer entrave sa vie et son bonheur d'exister pleinement. Une souffrance sans cesse en éveil et réactivée dès qu'elle ouvre un placard, qu'elle fait des courses, ou qu'elle se met à table ce qui la renvoie aussi aux innombrables régimes déjà entrepris, en vain.
   « Je ne sais pas ce que je serais devenue s'il n'y avait pas tant d'interdits autour de la nourriture. Je suis certaine que j'aurais eu plus de chances de devenir une personne 'normale'. Chaque chose que je mange est tellement chargée d'angoisse. »
   
   Le regard impitoyable des autres et la crainte de ne pas être aimée : voilà le fond du problème ! Pourtant, elle nous avoue, en toute franchise, les doux et irrésistibles plaisirs que peuvent procurer ces bâfreries interdites et jamais rassasiées.
   
   Un livre franc et sans complaisance, dont l'auteure avoue qu'elle aurait préféré ne pas avoir eu à l’écrire car au fond elle aurait souhaité, comme tant d'autres, ne rien avoir à confesser. Sûr que cette culpabilité face à la nourriture l'angoisse et, dans cette confession, le lecteur retrouve bien toute la force de la plume de Susie Morgenstern qui peut aussi bien être enjouée que douloureuse. Elle nous relate ici ses souffrances d'adolescente qui n'ont pas pour autant complètement disparu avec le temps. Certes, elle peut à présent les aborder avec le recul de l'âge car elle s'est accommodée un tant soit peu à cet état de «grosse patate». Si bien que certaines douleurs sont exposées sur le ton de la dérision mais l'ouvrage n'en reste pas moins bouleversant de souffrances.

critique par Véro




* * *