Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Monparnasse reçoit de Yves Ravey

Yves Ravey
  La table des singes
  Monparnasse reçoit
  Le drap
  Dieu est un steward de bonne composition
  Pris au piège
  L’épave
  Bambi bar
  Cutter
  Enlèvement avec rançon
  Un notaire peu ordinaire
  La fille de mon meilleur ami
  Sans état d’âme
  Trois jours chez ma tante
  Pas dupe

AUTEUR Des MOIS DE FEVRIER ET MARS 2015

Yves Ravey est un écrivain français, né à Besançon en 1953.
Il enseigne (ou enseignait?) en collège à Besançon...


et l'éditeur ne fournissant pas plus de détails sur sa carrière, j'ai dû choisir entre m'arrêter là et inventer. Je ne nierai pas avoir hésité, longuement, mais finalement, sur les instances inquiètes de mon entourage, j'ai décidé de m'en tenir à ces deux lignes de biographie. Je peux cependant ajouter qu'il se murmure que beaucoup de ses romans, et en particulier son premier, «La table des singes», ont une inspiration autobiographique... Je dis ça, je dis rien.

Monparnasse reçoit - Yves Ravey

Pièce en trois actes
Note :

   Je ne suis pas certain de correctement juger une telle œuvre. Il s’agit de théâtre et je pense définitivement que le théâtre n’est pas fait pour être lu. Je comprends aisément que le fait que le texte doive être reçu via le jeu d’acteurs, l’ambiance créée par un décor, amène à ne pas écrire une pièce comme on écrit un roman. Aussi précisai-je bien, ce n’est pas à la pièce que je donne 2*, c’est au livret de celle-ci que j’ai lu.
   
   Il s’agit de théâtre contemporain, qui louche plus du côté de Samuel Beckett que de Racine. Les personnages sont outrés – un petit côté Boris Vian – et ont définitivement un côté tragique. Le genre qui poisse le malheur.
   
   Tout se joue autour de l’immeuble propriété d’Eléonore – et du fameux Monparnasse, son frère, qui lui s’assimilerait plutôt au Godot du susnommé Beckett! – dans lequel Andy et Willa, un jeune couple, viennent d’emménager. C’est qu’elle est exigeante la dame Eléonore – et outrée, à l’excès, théâtre oblige peut-être? – et des exigences des plus exotiques. Il ne faut pas simplement montrer patte blanche et payer des mois et des mois de caution pour décrocher "la timbale" ; un appartement dans l’immeuble, il ne faut pas d’enfant, pas de musique, pas d’aspect "bronzé"... Bref, c’est compliqué.
   
   Et au fil des trois actes, les révélations des uns et des autres, de madame Kornblique par exemple, la couturière, puis de Fitch, le gigolo – maquereau aux curieux liens avec Eléonore, modifient sensiblement ce qu’on était en droit de penser. Et si Andy...?*
   
   Je vous passe un autre personnage important, Brad Palance, prêtre à Saint-François-Xavier, qui pourrait jouer le personnage de référence parmi tous ces profils un peu foldingues. Qui pourrait mais... on n’en est pas vraiment sûr. Brad Palance s’évertue à faire prendre conscience à Andy qu’il se passe quelque chose du côté de Willa et de fait, il se passe des choses...
   
   C’est un peu "la nef des fous" que cet immeuble, ses occupants,... et la pièce dans son ensemble!
   "Monparnasse reçoit", une pièce sur le dérangement mental?

critique par Tistou




* * *