Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les âmes blessées de Boris Cyrulnik

Boris Cyrulnik
  Je me souviens...
  Les âmes blessées
  Sauve-toi, la vie t’appelle

Boris Cyrulnik est un psychiatre et auteur français né en 1937.

Les âmes blessées - Boris Cyrulnik

Une histoire personnelle de la psychiatrie
Note :

    Il s’agit du second volet des "Mémoires" que Boris Cyrulnik nous offre autour du thème de la mémoire. Sans cesser d’alimenter ses réflexions à partir de son propre parcours, le neuropsychiatre oriente davantage son propos vers la construction d’une histoire de la psychiatrie telle qu’il l’a vécue en professionnel de la santé. Il ne s’agit donc pas d’une vision générale de la spécialité médicale inventée il y a un siècle, mais bien d’un témoignage personnel permettant de tracer une évolution pragmatique des théories et des moyens mis en œuvre au cours de sa carrière.
   
   Dès le prologue, l’auteur rappelle le traumatisme personnel qui a éveillé en lui le besoin de comprendre. Comprendre l’autre, comprendre les racines du mal, "le diable" tant que l’on ne peut pas saisir la logique destructrice, suicidaire ou génocidaire, comprendre au sens étymologique—prendre avec soi — pour cerner, organiser et donc apaiser le chaos généré par la folie.
   
   Une telle démarche est donc chez lui constitutive de sa vocation. Cyrulnik lui-même précise que son récit s’apparente à un journal de bord de sa pratique. Grâce à son écriture claire, Boris Cyrulnik aborde la reconstitution des avancées praticiennes en s’appuyant largement sur les travaux de chercheurs que le commun des mortels ne songerait pas à relier aux traitements psychiatriques. Ainsi, les têtes de sous-chapitres évoquent parfaitement l’audace nécessaire à toute innovation. En rappelant qu’au début des années 70, les malades soignés à Paris dormaient encore sur des litières et végétaient abrutis de neuroleptiques, Cyrulnik montre combien il fallait faire preuve de hardiesse pour établir d’autres pratiques. "Comprendre ou soigner" intitule-t-il un des premiers chapitres, suivi de façon explicite par "tout innovateur est un transgresseur". Dès lors, le champ des possibles passera par l’expérience appliquée des éthologues, ces observateurs attentifs des pratiques sociales dans le monde animal. Mais aussi par les apports de tous les penseurs qui ne se réfugieraient pas dans les idées toutes faites, les doxa, fonctionnant comme des axiomes qu’il est interdit de remettre en cause : "Les travaux d’éthologie étaient disqualifiés par ceux qui refusaient de les lire parce qu’ils étaient disqualifiés *. Ces récitations réflexes empêchent les débats. On préjuge d’une théorie qu’il convient d’ignorer, afin de la haïr. C’est ainsi que bêlent les troupeaux de diplômés, unis par une même détestation. La haine devient le liant d’un groupe d’où le plaisir de penser a été chassé. " (Pages 89-90) On devine que la démarche vaut pour de nombreux domaines!
   
   Nommé dès le début de sa carrière à l’hôpital psychiatrique de Digne, dans les Alpes de Haute-Provence, Cyrulnik refuse de s’enfermer dans sa routine tranquille d’un hôpital de province; D’abord, il va y découvrir que, même si la poésie atténue la violence des souffrances, l’efficacité des soins repose sur la connaissance et la re-connaissance des malades, grâce au travail d’une équipe. Cette foi en l’équipe, l’union des réflexions, l’échange des expériences vont devenir une des clés de sa pratique. Cyrulnik se dépense pour organiser et inviter de nombreux colloques ouverts, médecins, chercheurs et artistes se côtoyant pour le meilleur brassage des points de vue…
   
   Toutefois, le malade, et avant lui, l’enfant blessé dans son innocence reste au centre de son propos. La passion de Cyrulnik reste la compréhension du traumatisme et son apaisement. Il pose des mises en garde qui nous concernent tous, en particulier dans les réactions hyper médiatisées des faits divers qu’il nous est donné de voir : ainsi précise-t-il au sujet de l’inceste et de la résilience combien "il est difficile de parler de l’impensable quand l’indignation empêche la réflexion.".
   

   En refermant ces 300 pages généreuses, j’ai conservé le sentiment que le monde avance quand même. Doucement certes, et souvent loin du public, les hommes de bonne volonté déroulent des solutions, développent des techniques, prêtent l’oreille aux murmures des faibles et pas à pas, une part vaillante de l’humanité contrecarre la malveillance des systèmes. C’est une leçon d’optimisme malgré tout, venant de la part de quelqu’un qui connaît son sujet… Un livre qui fait du bien.

critique par Gouttesdo




* * *