Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Radeau de Antoine Choplin

Antoine Choplin
  L'impasse
  Le héron de Guernica
  Cour Nord
  La nuit tombée
  Radeau
  Une forêt d'arbres creux
  Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar
  Léger fracas du monde
  Partiellement nuageux
  L'incendie

Antoine Choplin est un romancier et poète français né en 1962.

Radeau - Antoine Choplin

L’amour, l’art et l’engagement
Note :

   Après la découverte de "Cour Nord", son dernier roman publié et que nous avions apprécié, il me tardait d’approfondir la rencontre avec A. Choplin.
   
   "Radeau", publié six ans auparavant, est un roman attachant. Il emprunte, comme "Cour Nord", une voie stylistique qui repose fondamentalement sur une écriture dépouillée, des phrases de structure simple et qui disent l’essentiel tout en laissant la place permanente à l’implicite des sentiments, rarement franchement exprimés. Choplin est un peu comme ses livres et ses personnages : un taiseux. Le format du roman est court, une fois encore, l’histoire simple. C’est dans la condensation du temps et des scènes que Choplin aime à s’exprimer.
   
   Le roman est composé de trois tableaux de longueur éminemment variable. Il commence en été 1940. Louis est sur les routes de France, au-delà de la Loire. Il y conduit un camion dans lequel se trouvent quelques chefs-d’œuvre des peintures du Louvre qu’il faut mettre à l’abri de l’ennemi qui progresse. Malgré les consignes de ne pas s’arrêter, de ne rien dire, Louis, spécialiste d’art contemporain et qui n’a rien, a priori, d’un homme d’action, va faire monter dans la cabine une étrange et silencieuse jeune femme qui marche nus pieds sous la pluie en pleine nuit.
   
   En peu de phrases échangées, par la simple tension des regards, par quelques gestes simples et essentiels, la passion entre Louis et Sarah est dite et une histoire d’amour s’est installée sur fond de guerre et de fuite. Elle vaut tous les risques du monde.
   
   Le deuxième tableau se situe en 1943. Il démarre de nuit sur une scène de guet-apens tendu par la résistance à deux véhicules allemands. Les coups de feu claquent, les hommes meurent de part et d’autre parce qu’il n’y a pas d’autre choix possible. Nous retrouvons Louis au volant d’un des véhicules des résistants qui ramènent vivants, morts et blessés vers un château isolé. Nous y découvrons que c’est la cache dans laquelle quelques employés des musées nationaux devenus hommes de guerre par la force des choses dissimulent des trésors du Louvre. Nous y retrouvons aussi Sarah et son fils Antoine qui, avec Louis, forment une famille qui s’aime. Choplin imagine alors une féérique scène le jour des trois ans du gamin où ces hommes vont étaler dans un champ fauché de frais les magnifiques toiles enfermées dans des coffres, pour les aérer et les admirer. Scène qui est aussi un superbe prétexte à d’intéressantes considérations sur la place immanente de l’art quelles que soient les circonstances humaines.
   
   Le livre s’achève sur un court tableau où, en deux pages et demi d’une intensité remarquable, le drame que l’on percevait en filigrane se noue dans un paysage de neige et de glace en cette fin du seconde guerre mondiale.
   
   Tout est dit dans ce très beau livre : l’amour qui peut éclore partout et en n’importe quelles circonstances, l’art qui traverse le temps, l’engagement au risque de sa propre vie, le basculement des destinées humaines jouets des soubresauts qui agitent le monde.

critique par Cetalir




* * *