Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La note sensible de Valentine Goby

Valentine Goby
  La note sensible
  Dès 10 ans: Le cahier de Leïla
  L'échappée
  Qui touche à mon corps je le tue
  Des corps en silence
  Banquises
  Kinderzimmer
  La Fille surexposée
  Une preuve d'amour
  Un paquebot dans les arbres

Valentine Goby est une écrivaine française née en 1974.

La note sensible - Valentine Goby

Romantisme absolu...
Note :

   L’installation à Paris, dans un vieil immeuble, de cette provinciale musicienne, va rapprocher (par les joies du son qui se joue si bien des frontières du voisinage) sa vie de celle d’un violoncelliste… Tout est dans le fantasme. Tout est raconté par elle.
   
   Il y a ainsi, de temps en temps, des sujets, des domaines que seule le cœur d’une femme peut percevoir, capter, comprendre…..Des univers qui, pour la plupart d’entre nous, mâles virils, nous sont interdits par cette fine sensibilité dont la nature a oublié de nous doter. Je ne sais quoi dire sur ce livre qui pourtant m’a séduit….Je ne définis pas mes sensations, je les ressens….Je dirais que tout est dans le titre….Deux mots bien choisis qui à eux seuls parlent d’eux-mêmes…. « Note sensible »…
   
   On la devine à chaque page, dans chaque mot, elle est le fil conducteur qui développera cet amour, qui petit à petit, deviendra égoïste, teinté d’amertume….La peur. Elle, et là, présente. Faisant la parallèle avec cette sensibilité qui est à fleur de peau, jusqu’à la rejoindre pour ne faire qu’un. Une combinaison qui en deviendra gênante, interdisant l’audace du cœur…..Tout est dans le rêve, la pensée, le désir, l’imagination fertile bercée par la douce musique émanant d’un violoncelle….
   
   Le romantisme absolu…( ?)
   
   Ce livre a été remarqué comme premier roman et a remporté plusieurs prix littéraires.

critique par Patch




* * *



Fantasmes
Note :

   D’emblée, le tout premier chapitre dévoile le fondement de l’ensemble du roman. Alors, après lecture, j’avoue que je me suis demandé si je n’aurais pas préféré ne le connaître qu’à la fin.
   La narratrice, jeune professeur provinciale, emménage dans un studio parisien pour des raisons professionnelles. Elle s’y retrouve assez vite esseulée loin de son cocon familial et se construit alors un univers onirique autour de son bien mystérieux voisin. Parce que personne dans l’immeuble ne semblait réellement connaître ce musicien dont les notes emplissent tout l’espace, la rumeur s’est emparée de ses mœurs. Quoi de plus attirant alors dans la tête d’une jeune fille que d’essayer de construire la vie de ce mystérieux personnage en puisant dans la fosse des commérages et les bribes d’informations qui lui sont communiquées. Entraînée, voire envoûtée par les notes incessantes qui traversent les minces cloisons la séparant de cet énigmatique voisin, Inès monte l’une après l’autre les briques d’une utopie.
   
   Durant la lecture de ce livre, j’ai eu comme la sensation, pas toujours très agréable, de replonger dans les méandres de l’adolescence. Une période de quête intérieure où le monde qui nous entoure ne suffit pas toujours à assouvir sa soif d’aventure et où le meilleur moyen d’étancher ce besoin n’est autre que de s’inventer un univers. Moyen idéal aussi de se préserver sans avoir à affronter la réalité et à s’engager.
   
   L’écriture est fluide, trop peut-être, car elle coule sans embûches dans un style épuré qui frôle la fadeur. Il lui manquerait ces petits plus d’originalité et de relief qui plantent un tant soit peu quelques pistes de questionnement dans l’esprit du lecteur. C’est une histoire qui baigne dans des pétales, un livre très facile à lire que j’aurais probablement davantage apprécié si je l’avais lu au cours de mon adolescence…
   Ce qui est sûr, c’est que je n’ai pas vraiment été sensible à toutes ces notes.

critique par Véro




* * *