Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Hôtel Polski de Tecia Werbowski

Tecia Werbowski
  L'Oblomova
  Le mur entre nous
  Franz Schubert Express
  Chambre 26
  Hôtel Polski

Hôtel Polski - Tecia Werbowski

Entre Montréal et Prague
Note :

   Quatrième de couverture :
   
   "Eva reçoit un jour une lettre adressée à sa défunte mère dans laquelle figurent le nom d’un homme, Joachim Riegel, celui de l’hôtel Polski à Varsovie et une année, 1943. C’est par cette missive qu’elle découvre que sa mère était juive et que c’est Joachim, un Allemand, qui l’a sauvée de la violence meurtrière nazie parce qu’il en était tombé éperdument amoureux. Eva se rendra sur les lieux de la rencontre pour faire la connaissance de Heinrich, le fils de Joachim.
   
   Tecia Werbowski a écrit huit romans, des nouvelles et un essai. Ses œuvres ont été traduites en plusieurs langues et adaptées pour le théâtre, la radio et la télévision. Née à Lwów, en Pologne, pragoise dans l’âme, elle habite au Canada depuis 1968 et vit entre Montréal et Prague."

   
   
   Mon avis :

   
   Tecia Werbowski est quelqu’un de cosmopolite, cela se voit à sa biographie (et à sa bibliographie aussi d’ailleurs). C’est typiquement le type d’auteurs pour lequel je ne sais pas dans quelle case ranger leurs écrits. D’habitude, je le vois à l’écriture, au type d’histoire choisie. En général, je ne me base pas sur le lieux de naissance car cela ne veut souvent rien dire.
   
   Au thème, j’aurais dit que Tecia Werbowski écrivait de la littérature tchèque (ou plus généralement des pays d’Europe de l’Est) : un mélange de passé et de présent, un passé qui interagit fortement sur le présent, le thème des amoureux que tout oppose ou plutôt que le contexte veut opposer. Puis à la lecture, on se rend compte que Tecia Werbowski aborde ce thème de manière très anglo-saxonne (mais entendons-nous bien ce n’est pas fait de manière superficielle). Le passé sert de fond, l’hôtel Polski de cadre. Le plus important est de savoir si Eva, pas très heureuse dans la vie, et Heinrich tout aussi pas très très heureux dans sa vie, vont reproduire la vie de leurs parents ou tout du moins vont-ils être capable de vivre, au moins un moment, une vie plus exaltante, moins routinière. On ne parle pas des fantômes du passé pour élucider des pseudo-problèmes, on ne parle pas de secrets de famille inavouables. Comme le dit la quatrième de couverture, il y a de la légèreté et de la grâce dans l’écriture de Tecia Werbowski ; elle dit les choses sans avoir l’air d’y toucher. Finalement, au vu du résumé de l’éditeur, on obtient un livre inclassable, un livre auquel on ne peut pas s’attendre avant de l’avoir lu. Comme quoi, en littérature, il est très difficile de mettre les choses dans des petites cases.
   
   C’est une jolie découverte pour moi.

critique par Céba




* * *