Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Juliette dans son bain de Metin Arditi

Metin Arditi
  La fille des Louganis
  La pension Marguerite
  L'imprévisible
  Le Turquetto
  Prince d’orchestre
  Juliette dans son bain
  L'enfant qui mesurait le monde

Né en 1945 à Ankara, Metin Arditi a quitté la Turquie à l’âge de sept ans. Après onze années passées dans un internat suisse à Lausanne, il étudie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, où il obtient un diplôme en physique et un diplôme de troisième cycle en Génie Atomique. Il poursuit ses études à l’Université de Stanford. Il habite Genève, où il est très engagé dans la vie culturelle et artistique, et enseigne à l’École polytechnique.

Juliette dans son bain - Metin Arditi

Bourreau ou victime ?
Note :

    Le dernier livre de Métin Arditi nous change de son univers "historique" auquel il nous avait habitués.
   
    C'est une aventure contemporaine et sociale qui surprend par le ton et par le suspense qui nous fait penser à une enquête policière.
   
    Mais il n'y a pas que ça, puisque l'auteur convoque ici les thèmes qui lui sont chers tels que la solitude, l'exil, sa place dans la société, la transmission.
   
    Son héros, Kandiotis, lui ressemble sans doute un peu (beaucoup) comme lui c'est un magnat de l'immobilier, comme lui il a crée une fondation récompensant les talents artistiques, grand amateur de tous les arts et reste sans doute au fond de son cœur un éternel étranger.
   
    Le livre s'ouvre sur une scène très particulière où Kandiotis, mécène reconnu et admiré, offre à un musée parisien deux tableaux de Juliette dans son bain, peints l'un par Picasso l'autre par Braque.
    Deux peintures de la même femme vue chacun avec son expression picturale.
   
    Lors de son émission télévisée, Kandiotis semble un homme fini, à bout.
    L'enlèvement de sa fille et les exigences surprenantes de ses ravisseurs entraîneront cet homme à la réussite éblouissante à revenir sur sa part d'ombre.
    Les kidnappeurs ne demandent pas de l'argent mais la parution d'une dizaine de lettres dans des quotidiens qui dénoncent et condamnent cet homme que tous admirent.
    Dénonçant des faits plus ou moins lointains, elles ébranlent l'homme et le montrent comme un manipulateur, usurpateur d'une réussite qui a fait de nombreux dégâts dans son entourage.
   
    Alors bourreau ou victime? Kandiotis est-il vraiment l'homme que le monde entier a longtemps admiré, intègre et que la presse aujourd'hui s'acharne à mettre à terre ou est-il victime d'une vengeance?
   
    Le suspense se poursuit jusqu'à la fin et Métin Arditi réussit une prouesse romanesque en donnant à chaque lecteur la possibilité de donner la vérité qu'il souhaite.
   
    Si le roman n'a pas la densité attendue, il se lit très agréablement et constitue une étude de la société très poussée sur ces hommes que l'on révère pour mieux les abattre.
   
    Une petite information : Juliette dans son bain n'existe pas, Braque et Picasso n'ont pas immortalisé cette superbe femme. Dommage!

critique par Marie de La page déchirée




* * *