Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Agatha Christie, duchesse de la mort de François Rivière

François Rivière
  Agatha Christie, duchesse de la mort

Agatha Christie, duchesse de la mort - François Rivière

Exercice d’admiration biographique
Note :

   François Rivière a remis à jour sa biographie parue en 1981, notamment grâce aux renseignements qu'il a pu glaner au sujet de la mystérieuse disparition d'Agatha Christie en 1926. On n'est pas ici dans un exercice biographique traditionnel : ce que Rivière veut porter à la connaissance du public, c'est son amour pour cet auteur et son œuvre. Cette admiration sans borne (il a la même, apparemment, pour Enid Blyton) comporte sa part d'aveuglement mais c'est intéressant aussi de voir l'auteur d'une biographie se dévoiler derrière le sujet qu'il traite.
   
   On se doute que l'histoire d'Agatha Christie est un peu plus complexe que l'image de la vieille dame à lunettes dictant ses chapitres entre deux gorgées de thé qu'elle s'est toujours ingéniée à donner.
   
    Agatha a été jeune, a vécu chez sa grand-mère dans un vert paradis des amours enfantines qu'elle cherchera à recréer dans ses romans. Son premier mariage se solde par un échec humiliant dont on trouve aussi des traces dans l'œuvre. Sa méfiance à l'égard des journalistes, de ses confrères, ne l'a jamais conduite à se confier (son autobiographie est pleine de lacunes) et Rivière doit creuser pour découvrir quelques indices éclairants qu'il enrobe parfois dans une langue un peu trop enthousiaste ou tarabiscotée.
   
   On admirera l'habileté d'Agatha Christie à mener sa carrière, écrivant et mettant dans un coffre dès 1943 les deux romans racontant la mort d'Hercule Poirot et les adieux de Miss Marple. Ceux-ci parurent en 1975 et 1976 et donnèrent alors au public et aux critiques l'image d'une romancière de 86 ans en pleine possession de ses moyens!

critique par P.Didion




* * *