Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le premier principe Le second principe de Serge Bramly

Serge Bramly
  Arrête, arrête
  Le premier principe Le second principe
  La transparence et le reflet

Serge Bramly est un romancier, scénariste, critique d’art et photographe français, né à Tunis en 1949.

Le premier principe Le second principe - Serge Bramly

La France de Mitterrand
Note :

   Un titre un peu pompeux pour un roman flirtant avec les dessous noirs, donc affriolants, de la République Française de ces vingt dernières années. Un photographe qui traque une princesse qui périra dans un accident de voiture sous le pont de l’Alma, dont le voisin en Normandie est marchand d’armes et qui a un ami premier ministre qui se suicidera près d’un étang. Les noms des personnes publiques ne sont jamais cités pourtant vous voyez très bien de qui il s’agit, leurs décès ont fait l’objet de toutes les spéculations et alimentent encore la rumeur. Serge Bramly réussit le tour de force de les mettre en relations indirectes les uns avec les autres pour écrire un roman "Tout est vrai. Rien n’est vrai. C’est un roman." qui nous emmène aux quatre coins du monde, de la garden-party de l’Elysée à la Russie et à la Chine en passant par l’ex-Yougoslavie, l’Iran et l’Irak. Guerres sales (mais qu’est-ce qu’une guerre qui ne serait pas sale?), assassinats, trafic d’armes, pots de vin et corruption, agents secrets, mensonge à tous les niveaux et solitude pour tous. Un récit brillant où tout s’enchaîne magnifiquement, bien documenté et riche en détails, très bien écrit. Six cents pages qui se lisent avidement car vous aurez hâte d’arriver au dénouement de cette fresque dont la toile de fond est la France de l’ère Mitterrand. Un très bon thriller dont la grille de lecture se lit avec les lunettes de deux grands principes de la thermodynamique, l’entropie du second principe qui fait que dans un système clos le désordre ne va que croissant, alors que pour le premier tout corps placé à côté d’un corps froid finit par se refroidir.
   
   "… je me demande raisonnablement, pourquoi l’éternité future dont je serai exclu serait plus effroyable que les siècles innombrables qui ont précédés ma naissance. Je n’y apparais pas davantage. Il est moins odieux, murmurent cependant mes démons, de ne pas exister que de n’exister plus, d’être inconscient du monde que d’y être jeté pour une durée qu’on sait infinitésimale. C’est aussi injuste, cruel, que de vous priver d’une chose sitôt que vous y prenez goût."

critique par Le Bouquineur




* * *