Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable de Romain Gary

Romain Gary
  Gros-câlin
  Vie et mort d'Emile Ajar
  La promesse de l'aube
  Les racines du ciel
  Chien blanc
  La vie devant soi
  L'angoisse du roi Salomon
  Les trésors de la Mer Rouge
  Education européenne
  Clair de Femme
  Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable
  Les clowns lyriques
  Le Sens de ma vie

AUTEUR DU MOIS DE JANVIER 2006

Romain Gary est né en Russie en 1914 . Il est arrivé en France avec sa mère en 1928, à Nice. Il fit la guerre dans l'aviation et rejoignit ensuite, De Gaulle et la France Libre en Angleterre où il continua à servir dans l'aviation. Après la guerre, il sera fait Commandeur de la Légion d'Honneur et Compagnon de la Libération. A ce moment, il aura déjà écrit son premier livre "Education européenne".

Il mena ensuite une carrière de diplomate, tout en continuant à écrire. Il fut l'époux de Jean Seberg. Il obtint le prix Goncourt pour "Les racines de ciel" en 1956.


En 1974, il endossa le déguisement d'Emile Ajar pour mener une seconde carrière littéraire. Il obtint alors à nouveau le prix Goncourt en 1975 avec "La Vie devant soi".

Il se suicida au début de décembre 1980 d'un coup de révolver

PS: Vous trouverez sur ce site la fiche de "Il était deux fois Romain Gary" brillant essai que Pierre Bayard a consacré à cet auteur ainsi que celle de "L'homme que l'on croyait" où Paul Pavlowitch, neveu de Gary ayant tenu le rôle d'Emile Ajar, donne sa version des évènements.



* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable - Romain Gary

L'art d'être grand-père
Note :

   Rien ne va plus pour Jacques Rainier, un fringant industriel d’une soixantaine d’années, amoureux fou de Laura, une jeune brésilienne de 20 ans. Son entreprise vacille et sa virilité flanche. Sa vie a pourtant été brillante et son fils marche sur ses traces mais lui-même est désormais obsédé par des images de chute et de suicide. La vieillesse ne lui convient pas. Il se sent atteint par la ligne fatidique, celle où les tickets ne sont plus valables.
   
   Curieux livre, en avance sur son temps, écrit au début des années 70, avant le sida et le Viagra, quand il était de bon ton pour les hommes de se montrer toujours vaillant! On le sait, Romain Gary s’est tiré une balle dans la bouche en 1980, à 66 ans.
   
    Vous êtes foutu. Kaputt. Bon, vous ne le savez peut-être pas vous-même : on vit d’espoir. On croit que ça va… se redresser
   - Vous parlez de vous-même, de moi ou de la Tour de Pise?
   - Très drôle. Oui, je suppose que vous n’êtes pas au courant. Vous ne voulez pas regarder ça en face. Et puis, il faut beaucoup de temps pour être renseigné sur soi-même.
   Elle avait rejeté la tête en arrière et ses cheveux dénoués coulaient sur le tapis. J'enjambai Bach, Mozart et Rostropovitch et me laissai tomber sur le sofa; je devais avoir l'air d'un homme qui vient de se faire voler ses économies, pourtant si soigneusement enterrées au fond de lui-même. - Qu'est-ce qu'il y a, Jacques?- Rien. Monologue intérieur. - On peut savoir?- ... N'avouez jamais. Elle vint s'agenouiller près de moi, s'appuya sur les coudes, se pencha sur mon visage.- J'exige!- Je pensais à la chute de l'Empire romain. La chute de l'Empire romain, c'est la chose la mieux partagée du monde, mais chacun s'imagine qu'il est le seul à qui ça arrive.
   - Laura, je voudrais mourir bien avant de mourir mal ...- Picasso ...- Foutez-moi tous la paix avec Picasso et Pablo Casals, ils avaient trente ans de plus que moi et, à cet âge-là, il est plus facile de mourir vieux. Et puis qu'est-ce qui te parle de mort? Je te parle de façon de morir, ça n'a vraiment aucun rapport avec la mort.
   

   
   Cet homme affaibli s'est battu longtemps contre son sentiment de perte et de décadence et j'ai aimé ce personnage, d'autant plus que la fierté, l'orgueil, l'envie de sauver son amour à tout prix se mêlent à un humour fataliste et amer mais très vite la folle tentation d'utiliser un bel Andalou, voyou menaçant, comme moyen imaginaire pour arriver à ses fins, l'emporte jusqu'à la frénésie, malgré les avis concordants du spécialiste consulté et de Laura elle-même. La fin m'a un peu déconcertée, n'empêche, c'était une belle lecture.

critique par Mango




* * *