Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les grands prêtres de Californie de Charles Willeford

Charles Willeford
  Les grands prêtres de Californie
  Miami Blues

Les grands prêtres de Californie - Charles Willeford

Ne vous faites pas prier!
Note :

   De cet auteur j'ai lu et beaucoup aimé, il y a très longtemps, l'excellent mais cruel "Combats de coqs". J'ai d'autres titres de cet auteur dans ma bibliothèque mais, allez savoir pourquoi, je n'ai pas eu envie de lire autre chose de ce romancier. Mais ce petit livre paraît convenir à mon état d'esprit un peu nonchalant!
   
   Haxby, vendeur de voitures d’occasion en Californie, se débrouille plutôt pas mal dans son travail, honnête juste ce qu'il faut, pour lui la vie est belle.
   
   Un soir dans un dancing il remarque une femme très désirable qu'il invite à danser. Elle se nomme Alyce et est pour le moins versatile et mystérieuse.
   
   Pour lui va commencer une longue période de doutes et des questions.
   
   Quel est réellement le but de cette femme qui semble s'abandonner pour mieux se refuser?
   
   Elle l'invite chez elle, mais sa colocataire est là avec un homme! L'appartement est limite très mal tenu, Alyce a des chiens et chats... bref, Haxby prend son mal en patience mais la patience n'est pas sa qualité première!
   
   Le flirt avance cahin-caha des baisers furtifs et guère plus. Alyce lui dit qu'elle a été mariée donc le sexe elle sait ce que c'est! Mais il est un peu tôt encore, cela ne fait que trois ans que son époux est mort, plus le décès de sa mère, elle n'est pas prête, mais elle l'aime sincèrement.
   
   Sauf qu'un soir l'homme se rend chez sa dulcinée qui n'est pas vraiment ravie de le voir débarquer avec gin et vermouth! Et là elle est obligée de lui avouer la terrible vérité, à savoir que son époux n'est pas décédé, mais fou... et syphilitique! Ce qui, il faut bien l'avouer, n'arrange pas les projets de coucheries du sieur Haxby. Surtout que, il se rend compte qu'il est amoureux et jaloux de l'époux d'Alyce! Donc la seule solution pour arriver à ses fins... se débarrasser de ce mari encombrant si possible avec une certaine élégance et d'une manière légale!
   
   Sous ses aspects brave homme amoureux, il cache bien autre chose. Des zones plus sombres. Un être violent toujours prêt à faire le coup de poing. Pas trop regardant non plus dans son travail, ni dans ces relations amoureuses. Si cela ne se déroule pas suivant ses désirs, il essayera avec la secrétaire du garage où il est employé. Personnage complexe, il étudie depuis assez longtemps le livre "Ulysse" de James Joyce, il espère en tirer un ouvrage, qui sera édité, ensuite il passera à l'étude de "Finnegan's Wakee"!
   
   Alyce Vital distille avec aisance le chaud et le froid. Elle commence par un énorme mensonge concernant son mari! Et pour le reste, quel est vraiment son degré de sincérité avec Haxby?
   Dans ce marché de dupe, qui sera le gagnant? Et qui va y laisser des plumes?
   
   Court roman donc plein de rythme, une bonne histoire, un bon suspense et une fin inattendue. Tout pour faire un bon polar, pas un chef d’œuvre, mais une agréable lecture!
   
   Un court mais bon moment, une découverte.
   
   Extraits :
   
   - Je reconstruisis toute l'histoire dans ma tête. C'était suffisamment dingue pour être la vérité. Évidemment, elle était à peu près autant tournée vers le sexe qu'une habitante de la Terre de feu. Mais tout cela pouvait peut-être être changé. Je jouais la tendresse.
   
   - Elle avait prononcé ces mots comme si elle les pensait vraiment.
   
   - En général, Ulysse ne me laisse jamais en plan. Je travaillais pendant une heure à prélever des mots archaïques dans le texte et à les convertir en termes de langage courant.
   
   - Je reposais brutalement le combiné sur sa fourche. Russel Haxby : amoureux jaloux! Il y avait de quoi rire. Mais cela ne m'empêchait pas d'être content de l'avoir rappelée. On ne devrait jamais laisser quelque chose nous tracasser ou nous ronger.
   
   - De toute façon, l'endroit qui convenait à ce genre d'individus, c'était une institution. Il ne devrait pas se balader en liberté dans San Francisco et fiche en l'air ma vie amoureuse.
   
   - Ce satané Joyce est si fort, des fois, ça me fout en colère de lire Ulysse avec ces mots aussi brillamment choisis, tout en détours et sinuosité, qui pénètre de force dans votre conscience pour s’y lover tels des serpents prêts à frapper.
   
   - C'était une femme bâtie pour la souffrance et la tragédie. C'était inscrit sur chacune des lignes de son visage. Mon expression avait dû laisser deviner du dégoût.
   

   Titre original : High Priest of California (1987)

critique par Eireann Yvon




* * *