Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Tram 83 de Fiston Mwanza Mujila

Fiston Mwanza Mujila
  Tram 83

Tram 83 - Fiston Mwanza Mujila

Un tramway nommé désir
Note :

   C’est un double sens qui se cache derrière ce titre énigmatique apposé sur une couverture nous montrant une peinture naïve, délurée et joyeuse de couples africains en train de danser et de flirter, préfiguration symbolique et légère du déferlement de mots et de formules explosives qui nous attendent au fil des pages de ce roman qui sort totalement de l’ordinaire.
   
   "Tram 83", c’est d’abord cette ligne de tramway à Bruxelles, où Fiston, originaire de la République Démocratique du Congo (RDC), a traîné quelque temps ses guêtres au cours d’un parcours d’émigré qui finit par le faire se poser à Graz, en Autriche, où il reçut le premier prix littéraire jamais attribué par cette cité à un Africain. Une ligne qui ne fonctionne qu’à la nuit tombée et qui mène vers des lieux créant du lien social pour reprendre sa jolie formule.
   
   C’est, du coup, devenu le nom du bar de cette Ville-Etat où se déroule le roman, caricature miniature d’une cité en sécession, symbole du flux migratoire du Sud pauvre vers le Nord, riche, livrée aux mains d’un Général despote, vivant de l’extraction des métaux précieux de ses mines exploitées par une armée d’hommes d’affaires blancs. Dans cette cité où l’on pourchasse les chiens errants et les rats, faute de viande, tout ce que la ville compte d’artistes, de marginaux, de voyous ou de riches occidentaux converge le soir venu vers le Tram 83.
   
   Là-bas, les "canetons", des prostituées à peine pubère et de moins de quinze ans, sont prêtes à tout pour croûter. Les "filles-mères", les prostituées jusqu’à quarante ans, vous abordent à coup de formules incantatoires et vidées de tout sens à force d’être proférées pour ne laisser place à aucune ambiguïté quant aux intentions. Ainsi "Vous avez l’heure", "J’adore sucer", "Je déteste les préliminaires" sont-elles autant d’invitations à se rendre aux toilettes mixtes séance tenante avec celles qui offrent leur charme sans vergogne.
   
   Dans ce monde interlope et brutal, deux anciens camarades de fac se retrouvent. Requiem, le voyou, le maître-chanteur, toujours prêt à tous les trafics pour pouvoir brûler la vie, abuser de sexe et d’alcool. Lucien, l’écrivain qui a ravi à Requiem sa femme, le rêveur, venu de l’Arrière-Pays pour raisons politiques, n’acceptant aucun compromis pour conserver son art pur dans un monde impur et avili par les plus basses pulsions et les compromissions permanentes.
   
   Deux conceptions de la vie qui ne peuvent que s’opposer. Deux visions qui permettent à Fiston Mwanza Mujila de se lancer dans un récit aux allures surréalistes. Car, ce monde louche où tous se mélangent, l’auteur a eu l’occasion de l’observer une fois le carcan familial quitté la majorité venue. Lui qui venait d’une famille de sept enfants rigoureusement catholique a découvert un monde effréné, libre autant que concupiscent. Un monde qui lui permettait enfin d’écrire "comme on crie dans le vide ou comme on boit une bière pour le plaisir" selon son expression.
   
   Alors, tous les codes explosent et la langue se fait vibrante, atomique, colorée à outrance, mêlant des fulgurances hermétiques dignes de Mallarmé avec du langage automatique à la Raymond Queneau. Les images sont frappantes et les formules stéréotypées, nombreuses, ponctuent un récit qui nous emmène à un train d’enfer dans un monde devenu aussi infernal que fou. Cela secoue et on ne sait pas trop vers quelle destination inconnue nous emmène ce Tram 83 situé aux abords d’une gare qui a cessé depuis la succession des guerres civiles de fonctionner correctement.
   
   Nous voici donc en partance vers un pays littéraire du renouveau qui gratte et bouscule pour notre plus grand plaisir.

critique par Cetalir




* * *