Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Paroles juives de Albert Cohen

Albert Cohen
  Ô vous, frères humains
  Ezéchiel
  Belle du seigneur
  Le livre de ma mère
  Mangeclous
  Solal
  Carnets 1978
  Paroles juives

AUTEUR DES MOIS DE JUIN ET JUILLET 2006

Né à Corfou en 1895, Albert Cohen est mort près de Genève en 1981.
Né grec mais arrivé très jeune à Marseille avec sa famille, il était devenu suisse à 24 ans. Il entama ses études en France puis obtint une licence de droit en Suisse. La seconde guerre mondiale le vit s’exiler provisoirement en Grande Bretagne.

Son œuvre compte une dizaine d’ouvrages dont une pièce de théâtre ("Ezéchiel") et un recueil de poèmes ("Paroles juives"). Les trois romans "Solal", "Mangeclous" et "Belle du seigneur" se suivent dans le temps avec des personnages communs et sont à lire de préférence dans cet ordre. Ils sont cependant compréhensibles lus seuls. C’est principalement "Belle du seigneur" qui fit la célébrité d’Albert Cohen et nombreux sont ceux qui n’ont lu de lui que ce gros roman qui reçut le Grand Prix de l'Académie Française.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Paroles juives - Albert Cohen

Epanchements juvéniles
Note :

    "Paroles Juives" est le premier livre publié d'Albert Cohen et son seul recueil de poèmes. Paru au début de l'année 1921 (avec un tirage de 760 exemplaires qui se vendent aujourd'hui à prix d'or), ce livre n'a plus été réédité jusqu'en 1993 où il a enfin été repris dans l'édition des oeuvres complètes d'Albert Cohen dans la bibliothèque de la Pléiade. Peu avant sa mort, Albert Cohen s'était d'ailleurs opposé à une réédition de ce qu'il considérait seulement comme une oeuvre de jeunesse, dont il ne souhaitait pas qu'elle vienne détourner l'attention des lecteurs de ses oeuvres plus tardives (en particulier "Ô vous frères humains" et "Carnets 1978"). Et ma foi, relisant ces "Paroles juives" peu de temps après avoir refermé "Carnets 1978", je le comprends sans trop de peine...
   
    L'intention avouée d'Albert Cohen en écrivant "Paroles Juives" était de présenter la religion de ses pères à sa première épouse, Elisabeth Brocher, qui était protestante. Mais je crois que l'on peut déjà percevoir dans ces protestations d'amour d'Albert Cohen pour "son peuple", dans ses appels à la fierté, le mélange de sentiments ambigus qui seront plus tard ceux de Solal: agacement devant des traditions d'un autre temps, culpabilité pour avoir abandonné les siens pour une brillante carrière de fonctionnaire international et un mariage dans la bonne bourgeoisie genevoise, colère face à l'anti-sémitisme rampant en ce début du XXème siècle, volonté de réaffirmer sa solidarité avec les siens... En somme, on retrouve dans "Paroles juives" bon nombre de thèmes qu'Albert Cohen développera dans ses oeuvres ultérieures... Mais sous une forme nettement moins aboutie. Les poèmes de "Paroles juives" sont en effet terriblement inégaux, et quelques textes magnifiques de lyrisme et de sensualité alternent avec des passages ronflants et pompeux et dont les relents guerriers sont très loin de l'appel à la fraternité humaine qui sera au centre des derniers livres d'Albert Cohen. Autant dire franchement que le premier livre d'Albert Cohen est aussi le moins bon, et qu'il est surtout intéressant pour les lecteurs déjà familiers de son oeuvre qui pourront ainsi mesurer le chemin parcouru au fil des soixante années et des sept livres qui séparent "Paroles juives" des "Carnets 1978".
   
    Extraits:
    "Juifs
    Je sais vos yeux craintifs
    Et ce stylet sous la paupière
    Ce vif acier furtif qui injurie.
    Je sais vos sourires sous les coups
    Vos faces baissées
    Vos mains qui crochent et ne lâchent
    Et les petits rires dans les coins d'ombre.
   
    Je sais.
   
   
    Je sais aussi cette flamme en vos poings
    Hommes
    Hommes aimés." (p. 8)
   
   
    "J'ai ouvert cette figue fraîche
    J'ai souri de sa chair rose
    De sa chair douce.
   
    Pourquoi cette rougeur en ton front
    Tandis que je mangeais le beau fruit délicat
    Jeune fille." (p. 51)

critique par Fée Carabine




* * *