Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Courir dans les bois sans désemparer de Sylvie Aymard

Sylvie Aymard
  Courir dans les bois sans désemparer
  Du silence sur les mains

Sylvie Aymard est une écrivaine française née en 1954.

Courir dans les bois sans désemparer - Sylvie Aymard

Rencontre d'un passé et d'un présent pour faire un avenir
Note :

   L'histoire commence sur un ton que l'auteur ne quittera pas, par un " J'ai bien essayé de me faire piétiner par un gros sanglier, mais il se cache le jour et la nuit je ne vois rien. J'y vais quand même. A minuit tapant, je sors."
   
   J'ai aimé ce livre pour son style attachant comme pour ses formules fracassantes. Sylvie Aymard signe ici son premier roman. Elle signe l'histoire d'une rencontre d'un homme et d'une femme, une rencontre d'une adolescente et d'une femme, une rencontre d'un passé et d'un présent pour faire un avenir.
   
   Aussi dense que mince, aussi émouvant qu'original, aussi réaliste que porteur d'espoir, l'incommunicabilité des êtres défile sans pitié et sans compassion, mais le tout reste lumineux, sensible et tendre.
   
   La magie des romans est d'agir sur nous comme des métaphores. Reprenant contact malgré nous avec nos expériences sensorielles, nous re-visitons des épisodes fondateurs de nos vies. Grands que nous sommes devenus, si les romans nous offrent la joie et la consolation de voir que nous ne sommes pas seuls à vivre des douceurs et endurer des calvaires, ils nous offrent aussi un autre regard sur ce que nous vivons et endurons.
   
   J'aime la façon dont Sylvie Aymard ne s'est pas contentée d'un écueil ironique du type "La vie, c'est dur. Mais, finalement, on n'a rien inventé de mieux …". J'aime son "Je pars, ne me retourne pas. Je fredonne. Mon chant n'est plus murmure. Vivre. C'est déjà pas si mal !".
   
   Pour prolonger cette lecture, pour les jours où on ne sait plus comment hurler la mort que l'on préfère l'animer et la colorier, j'ai pensé à L'oiseau bleu, Maurice Maeterlinck. Pour rebondir et offrir une merveilleuse communicabilité des êtres, j'ai pensé à L'heure dite, Michelle Tourneur.
   
   A noter que ce roman est un Premier roman, qui a obtenu le prix du Roman des libraires E. Leclerc 2007

critique par Alexandra




* * *