Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: L'enfant qui tuait le temps de Pierre Magnan

Pierre Magnan
  Le sang des Atrides
  L'Arbre
  Le parme convient à Laviolette
  La maison assassinée
  Les charbonniers de la mort
  La naine
  Chronique d’un château hanté
  Les secrets de Laviolette
  Laure au bout du monde
  Elégie pour Laviolette
  Pour saluer Giono
  Ados: L'enfant qui tuait le temps

* Interview dans la rubrique "Rencontres"

Ados: L'enfant qui tuait le temps - Pierre Magnan

Fantaisie alpine
Note :

   Deux petits pas dans la mythologie grecque, au début et à la fin de cette sorte de "féerie" comme l'indique le sous-titre : Zeus et Kronos ont été "précipités hors de l'Olympe par plus fort qu'eux" et loin de la Grèce : dans le sud du département de l'Isère ! Il n'y a donc pas que le commissaire Laviolette dans l'œuvre de Pierre Magnan. La preuve en est ce réjouissant petit roman dont le héros est un enfant au pouvoir très particulier.
   
   Zeus et Kronos atterrissent dans un village proche du Vercors au moment de la naissance du fils de l'aubergiste et ils se croient tenus de faire un cadeau au môme. Ce sera donc le pouvoir d'arrêter le temps des horloges en faisant un zéro avec les doigts en les visant. Élie, le fils de l'aubergiste, va pouvoir “tuer le temps” ou plus exactement le bloquer momentanément en diverses circonstances graves ou hilarantes... et par exemple sauver l'honneur d'un chef de gare, l'empêcher d'être la risée d'un joueur de flûte qui l'accuse d'être cocu.
   
   Dès l'école primaire, le petit génie intervient pour éviter que l'instituteur ne punisse les copains retardataires. Il permet ensuite à la châtelaine du bourg voisin de revoir l'homme de sa vie avant de pousser son dernier soupir, et plus tard de berner les douaniers de Marseille quand le châtelain devenu veuf voudra embarquer sur son bateau, l'Aréthuse, des cages pleines d'oiseaux à libérer, si loin sous les tropiques.
   
   De mon point de vue, le clou des aventures d' Élie tourne autour du père Bijoux. Imaginez un bourg du nom de Lalley, et la modeste fabrique de jouets en bois du père Bijoux, bientôt centenaire et toujours créatif. Payer ses factures ne fait plus partie de ses habitudes depuis très très longtemps. De la sorte les impayés s'accumulent et un petit malin a décidé d'en profiter. Arrive donc l'histoire de l' "olibrius" et de l' "huissière". L'olibrius en question, patron d'une entreprise dynamique, veut mettre la main sur tout le quartier du père Bijoux pour son panorama sur la montagne et créer une station d'altitude : "Jusqu'ici nous nous sommes vautrés paresseusement avec la clientèle pour les Bahamas, la Floride ou le Luberon" explique-t-il. Au lieu du sombre huissier redouté arrive à vélo une huissière jeune et blonde. Qu'à cela ne tienne, maire en tête, le village fait venir Élie pour stopper les pendules et rendre impossible la mission de l'huissière. Il lui faudra également intervenir pour stopper les gendarmes, aidé par le "sitting" (entendez le sit-in) de toute la population villageoise.
   
   Quant à ce qu'il advient du jeune Élie... on ne dira rien ici.
   
   Outre qu'il ne devait pas beaucoup aimer le tourisme de masse, on se demande quand même pourquoi Pierre Magnan a voulu faire tant de pub' pour le Trièves, la commune de Chichilianne au pied du Mont Aiguille, et surtout le bourg de Lalley. Sans doute est-ce de sa part un nouvel hommage appuyé à Jean Giono qui a placé dans ces parages l'action d'"Un roi sans divertissement"... Un hommage bien agréable à lire avec son titre à double sens.

critique par Mapero




* * *