Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Today, we live de Emmanuelle Pirotte

Emmanuelle Pirotte
  Today, we live
  De Profundis

Today, we live - Emmanuelle Pirotte

Une rencontre improbable...
Note :

   Rentrée littéraire 2015
   
   Quatrième de couverture
   
   "Décembre 1944. C'est la contre-offensive allemande dans les Ardennes belges. Pris de panique, un curé confie Renée, une petite fille juive de 7 ans, à deux soldats américains. Ce sont en fait des SS infiltrés, chargés de désorganiser les troupes alliées. Les deux nazis décident d'exécuter la fillette. Au moment de tirer, Mathias, troublé par le regard de l'enfant, tue l'autre soldat.
   Commence dès lors une cavale, où ils verront le pire, et parfois le meilleur, d'une humanité soumise à l'instinct de survie."

   
   Au départ, cette histoire m'a paru un peu too much quand même... Cette fillette vraiment mature pour son âge dont le seul regard convainc l'Allemand qui quand même a un sacré CV de tueur, on le découvrira au cours du roman... Mais dès le début l'histoire est prenante et les pages se tournent, alors, me suis-je dit, pourquoi ne pas essayer?
   
   L'essentiel du roman se déroule dans une ferme des Ardennes, où se sont réfugiés différents habitants, ferme parfois aux mains des allemands, puis des américains; durant cet hiver 44/45 la guerre n'était pas terminée.
   L'intérêt du livre est justement de montrer comment cela pouvait se passer pour ces populations prises entre deux feux, vivant dans l'espoir et la crainte, gérant le peu de nourriture, mais sachant quand même se réjouir, par exemple à Noël.
   
   J'ignorais aussi totalement l'existence de ces soldats infiltrés au cours de l'opération Greif, et plus généralement de Otto Skorzeny. Ce roman m'a déjà permis d'apprendre des choses, un bon point!
   
   Si j'ai dévoré en fait ce roman, c'est grâce à son écriture, alerte, le suspense quasi permanent, le côté vivant rendu en particulier par de bons vrais morceaux de wallon à l'intérieur des conversations (pas trop quand même), des personnages bien campés, et le rythme bien soutenu. L'auteur réussit à glisser pas mal d'humour aussi, ce qui n'était pas facile compte tenu du contexte! Allez, je retiens l'expression "Il n'a pas toutes ses frites dans le même sachet".
   
   Cependant le binôme Matthias/Renée me paraissait bien irréel, ces deux personnages restant finalement peu attachants. Incroyable aussi que le fermier accepte de donner son cheval ainsi (page127), et délier le prisonnier (page 197) quelle imprudence! Note pour nos amis québécois : il y a même une partie se déroulant là-bas!
   
   Avis en demi-teinte, donc, mais ce premier roman est extrêmement prometteur.

critique par Keisha




* * *