Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Cabale Pyramidion de Samuel Delage

Samuel Delage
  Code Salamandre
  Cabale Pyramidion

Né le 4 juin 1978 à Angers, Samuel Delage, est auteur de romans et ingénieur.

Cabale Pyramidion - Samuel Delage

Code Khéops
Note :

   Plusieurs années après l’aventure Code Salamandre, on retrouve les deux héros dans une nouvelle quête qui nous plonge dans l’Egypte contemporaine.
   
   Yvan Sauvage, commissaire priseur, est séparé de Marion Evans son étudiante à Paris. Cette dernière, alors qu’elle travaille au musée du Caire, est accusée de vol. Sa protégée cumule les tares : ancienne junkie et nid à problèmes. Malgré la rupture, Yvan lui garde une amitié sincère. Il saute alors dans un avion pour rejoindre l’Egypte dans le but de la disculper.
   
   Marion a échappé aux policiers. Mais dans une Egypte post-révolutionnaire où l’étranger est vu comme (au mieux) un profiteur ou (au pire) un pillard, Yvan se voit fermer les portes. Lors de ses efforts pour retrouver la fugitive, Yvan se confronte aux amis ou collègues de Marion. Au fil de l’enquête, les personnages montreront leur duplicité. Le lecteur appréciera les faces cachées dévoilées tout au long du récit.
   
   Yvan retrouve Marion. Mais l’aventure continue alors qu’ils pensent trouver la pièce manquante de la grande pyramide. En dépit des obstacles posés par les autorités locales, ils perceront une énigme millénaire.
   
   Samuel Delage nous a concocté de subtils jeux de piste mêlant puzzles historiques et thriller policier.
   
   Il ne faut pas oublier les éléments didactiques essaimés tout au long du récit. Oui, on apprend beaucoup. Si je m’attendais à un fort fond historique, j’ai été agréablement surpris par la description de l’Egypte actuelle.
   
   La recette prend ! Après le château de Chambord, après la pyramide de Khéops, quel sera le nouveau terrain de jeu de l’auteur ? Vivement le prochain !

critique par Olivier Michael Kim




* * *