Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Pire. Personne. Au monde. de Douglas Coupland

Douglas Coupland
  Eleanor Rigby
  La Pire. Personne. Au monde.
  Génération A

Douglas Coupland est un écrivain canadien né en 1961 en Allemagne.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

La Pire. Personne. Au monde. - Douglas Coupland

Spécial, mais drôle
Note :

   Rentrée littéraire 2015
   
    Garanti : Raymond Gunt est vraiment la pire personne au monde. (Ah on me signale dans l'oreillette qu'il y a une sérieuse concurrence dans certaines parties de la planète; mais bon, concentrons-nous sur le bouquin).
   
    Londres, de nos jours. Cameraman entre deux boulots, Raymond Gunt est engagé par son ex-femme Fiona (assez haute dans l'échelle du Pire, elle aussi, en tout cas elle n'épargne aucune vacherie à son ex) pour le tournage d'une téléréalité aux îles Kiribati (du genre où les candidats doivent survivre aux autres et à l'environnement).
   
   Le rêve, non?
   
    Sauf que Raymond Gunt est un type affreux et que ça lui pète en général à la figure; il est souvent ridicule et ridiculisé et il récolte ce qu'il a semé. Le voyage vers ces îles sera semé d'embûches... Et une fois là-bas rien ne se déroulera comme prévu!
   
   Pour une première plongée dans un roman de Douglas Coupland, j'avoue que je me suis bien amusée et à plusieurs reprises la hyène hilare était de retour... (Mais ce type est un vrai malade!)
   
    Bon, c'est Raymond Gunt qui raconte, il est obsédé par tout ce qui porte jupon (façon de parler) et s'exprime, disons, grossièrement la plupart du temps.(Mais rien que ne connaisse le moindre collégien...). Ce personnage pas franchement sympathique engage comme assistant un ancien SDF, Neal, à qui tout réussit, lui. Les dialogues, (je devrais dire, délires), entre Raymond et Neal, sont souvent de vraies perles de barré (par exemple la discussion sur les moutons page 177...)
   
    Je m'attendais à découvrir les dessous de ces émissions de téléréalité, en fait, non, mis à part le casting en catégories (l'étalon blond, l'étalon brun, le péquenaud, le gay, le voyou black, le nerd semi-baisable, le moche-mais-sexy de service, le quinquagénaire, l'Américain moyen et l'ancien athlète professionnel ou ancien astronaute)...
   
   Allez, quelques passages où tout en s'amusant notre monde se voit égratigné...
    "Nous avons quitté la tente et suivi un sentier en direction d'un trio de caravanes rongées par la rouille, comme celles qu'on voit dans les films d'horreur américains où les membres d'une petite famille se font matraquer à mort, avant que les bêtes sauvages et les insectes nettoient leurs carcasses et qu'elles soient retrouvées des années plus tard par des péquenauds qui fabriquent du crystal meth, et utilisent leur os comme des cale-portes dans leur caravane délabrée et convertie en antre de copulation incestueuse rempli d'éclats de bouteille, de mégots, de graffitis mal orthographiés et d'impacts de balles."
   

    Ah, et le pastiche des émissions d'actualité américaines...
    "Frank : Julie, nous venons de recevoir des nouvelles du département de la sécurité intérieure. Apparemment, le chaton est toujours coincé au sommet de l'arbre.
    Julie : Frank, le département a-t-il précisé si cette manœuvre était politiquement motivée?
    Frank : Julie, selon mes sources, le chaton est monté sur l'arbre - rappelez-vous que ceci n'est pas encore officiel, Julie-, le chaton est monté à l'arbre sans commanditaire ni groupe de lobbying.
    Julie : Frank, passons à la vidéo en direct pour que nos téléspectateurs puissent jeter un œil au chaton. Par ailleurs, je viens d’apprendre de Rick à Atlanta que le chaton a une page Facebook qui montre des images susceptibles de déranger certains téléspectateurs. Rick?
    Rick : Merci, Julie, en effet ces images ne sont pas pour tout le monde. Une visite de la page Facebook du chaton a révélé des clichés, non pas d'un seul, mais de plusieurs oiseaux morts étendus sur la paillasson de son propriétaire. Nous avons appris que dans la communauté des chatons, ces types de meurtres rituels sont appelés des 'offrandes'. A vous, Julie."

   
   C'est spécial, mais je connais des lecteurs/lectrices dont c'est le créneau de lecture parfait.

critique par Keisha




* * *