Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers de Benjamin Alire Saenz

Benjamin Alire Saenz
  Ados: Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers

Ados: Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers - Benjamin Alire Saenz

Amour, famille, amitié
Note :

   Thèmes : Adolescence, homosexualité, Société, Famille
   
   Bien, bien, bien... suite aux avis très positifs et plébiscités par la blogosphère, je me suis lancée dans la découverte du fameux "Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers". J'ai aimé le roman mais ce ne sera pas un coup de cœur (par contre la couverture est magnifique) mais par rapport au Will&Will de John Green, j'ai trouvé que Benjamin Alire Saenz parlait beaucoup mieux du sujet de l'homosexualité. Tout d'abord, niveau contexte c'est beaucoup plus cohérent et flagrant : nous sommes en 1987 et l'homosexualité est tabou, les coming out sont encore rares à cause de l'homophobie. Le thème sera abordé avec une extrême subtilité et délicatesse, amenant le lecteur à deviner les sentiments et les émotions qui se profilent.
   
   Aristotle, dit Ari, 15 ans est un adolescent mal dans sa peau, en colère... il n'est pas très sociable, il n'aime pas les gens et n'a pas d'amis. Son frère est en prison, son père a fait la guerre et est encore hanté par ce qu'il a vécu. Son silence, sa distance empêche Ari de s'épanouir et le jeune homme s'enferme dans ce cercle familial parfois sombre. Aristotle plombe le côté lumineux apporté par Dante et j'ai ressenti ce jeu clair-obscur tout du long. Pourtant sa mère l'aide beaucoup à s'exprimer avec beaucoup d'humour et de tendresse. Elle incite Ari à voir la vie et son adolescence comme quelque chose de bien, de prometteur. Lorsqu'Ari rencontre Dante à la piscine, c'est d'abord l'opposition qui les caractérise. Dante sait nager mais pas Ari. Après la rigolade autour de leurs prénoms originaux, ils font connaissance. Une amitié naît, de celle qui change les vies, de celles qui sont faites pour durer au-delà des désaccords et des disputes. Dante est un peu l'opposé d'Ari. Il est cool, s'affirme, sait ce qu'il veut, sait ce qu'il veut être. Il aime la poésie et l'art. Il est très expressif et drôle contrairement à Ari qui se morfond et s'apitoie sur son sort. Dante c'est la bouffée d'air pur d'Ari. Les deux deviennent inséparables, se questionnent sur le monde, sur la sexualité, sur les cauchemars, sur la famille... sur les choses de l'univers...
   
   J'ai aimé ce roman grâce à Dante, cet adolescent tellement décalé et rafraîchissant dont la vision du monde est parfois déroutante mais très sensible et poétique. Beaucoup de passages m'ont plu à propos de la souffrance d'Ari... il a ce regard triste sur sa famille, sur son frère... Certaines phrases sont belles et on voudrait les retenir. Il y a aussi un brin de mélancolie, celle de l'adolescence perdue, qui se cherche désespérément en interrogeant le monde qui l'entoure. C'est un roman sur l'identité car les héros sont américains d'origine mexicaine et ce ne sera pas anodin. Si j'ai moins aimé les premières parties, celle de la rencontre, je n'ai plus lâché le livre après un évènement important du récit... Un fait va bouleverser la vie de Ari et Dante et tout va prendre plus d'ampleur et d'intensité psychologique. Progressivement on devine les messages de l'auteur. J'ai adoré toutefois les derniers chapitres, tellement beaux, forts lorsqu'Ari, enfin, se confie à ses parents. Et la réaction des parents est magnifique, tolérante, incroyable. On aimerait devenir des parents aussi exemplaires et compréhensifs. Loin d'être parfaits, ils sont toujours présents et encouragent leurs enfants avec bienveillance, sans jugement. Entre autres, le roman parlera d'amour, de la famille, des épreuves de la vie, de l'amitié, de la quête identitaire, des soucis existentiels sous une forme philosophique... Saenz en fait un roman d'apprentissage attachant.
   
   Pour ceux qui veulent faire des progrès en anglais : Niveau lecture en VO, impeccable, ça roule tout seul... l'écriture est simple, très fluide et le style alerte. Peu de descriptions, beaucoup de dialogues, une dose d'humour font de la lecture en anglais est un vrai bonheur pour les débutants. Alors n'hésitez pas à le lire en VO, ça a son charme. Quel plaisir de comprendre chaque mot, leur symbolique et de ressentir les émotions.
   
    Mais j'avoue, je m'attendais à avoir un coup de cœur et je suis déçue de ne pas l'avoir eu. Je ressors de cette lecture, contente, avec un je ne sais quoi qui ressemble à de l'affection.

critique par Laël




* * *