Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 05 ans: Le Noir Quart d'heure de Carl Norac

Carl Norac
  Dès 07 ans: Swing Café
  Dès 05 ans: Le Noir Quart d'heure

Dès 05 ans: Le Noir Quart d'heure - Carl Norac

Prélude à une douce nuit
Note :

   Thèmes : Soir, Dormir, Rêve
   
   Illustrations : Emmanuelle Eeckhout
   
   Quel album magnifique et magique! Les illustrations au fort contraste (noir, blanc, dégradés de gris, doré) sont incroyablement belles et lumineuses malgré une obscurité dominante ; c'est tout en nuances. La bouille ronde de la petite fille, pleine de candeur est juste à croquer d'amour! Une maman va border sa fille dans son lit. En Belgique, les femmes des mineurs ont une tradition, un rituel du coucher attendrissant et onirique. C'est le noir quart d'heure. Quelques minutes dans le noir, à écouter les voix racontant une histoire, inventant des choses et d'autres. On éteint la bougie, on laisse parler l'imagination. En attendant le bisou de son papa qui sort de la mine et qui se dirige sur le chemin de la maison, la petite fille est sage et commence doucement à se blottir au chaud, préparant ses rêves.
   
   "Le Noir Quart d'heure" est une pépite, un moment magique empli de tendresse et de poésie. Entre complicité, amour, curiosité et imaginaire... on se laisse bercer. Le noir n'est pas ici une couleur dont on a peur... au contraire, elle est source de recueillement, d'espoir, de partage, de douceur de l'enfance rêvant d'animaux protecteurs, de vers luisants et de lune bienveillante. Le thème est original et songeur, délicatement mis en avant par un texte profond. Les dessins d'Emmanuelle Eeckhout nous enveloppent d'un doux halo rassurant. Ce noir quart d'heure, inventé par des mamans autour de Mons, est presque sacré tellement c'est plein d'amour.
   
   Un très bel album au fort potentiel attachant! Un coup de cœur sublime, le temps d'une histoire, où le temps semble être comme suspendu, instant rare et privilégié du bonheur précieux d'être une famille.

critique par Laël




* * *