Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Orphelins de Dieu de Marc Biancarelli

Marc Biancarelli
  Murtoriu
  Orphelins de Dieu

Né en 1968, Marc Biancarelli enseigne la langue corse dans un lycée du Sud de la Corse. Poète, nouvelliste et romancier, il est l’auteur de nombreux ouvrages, tous écrits en corse.
(Source éditeur)

Orphelins de Dieu - Marc Biancarelli

Un auteur à suivre
Note :

   Après un premier roman, "Murtoriu", écrit en langue corse, l’écrivain insulaire publie chez Actes Sud un deuxième livre, cette fois-ci rédigé en langue française. Une langue âpre et rêche, violente et directe comme ses personnages et les faits historiques dont l’histoire s’inspire.
   
   Au départ, comme il le déclare lui-même, Marc Biancarelli a voulu recréer une sorte de western corse avec comme source d’inspiration fondamentale "True grit". Un monde de sales et de méchants, un monde de brutes où l’on ne s’embarrasse pas trop de préjugés ou de sentiments pour faire avancer sa cause et ses intérêts. Mais réduire son livre à une parodie de western ne serait pas lui rendre un hommage complet car il y a bien plus que cela dans son ouvrage.
   
   Comme dans le genre dont il s’inspire, l’intrigue est à la base assez simple. Une jeune femme paysanne, Vénérande, décide de venger son jeune frère qu’une bande de bandits de grands chemins a défiguré et auquel ils ont atrocement coupé la langue pour qu’il ne puisse dénoncer ses agresseurs venus lui voler les brebis dont il avait la garde. Pour cela, la jeune femme qui vit seule avec l’infirme et qui bénéficie d’une force de caractère hors du commun décide d’entreprendre une légende corse, l’Infernu (l’Enfer).
   
   Un surnom obtenu après une vie de tueur à gages, passée à combattre auprès de compagnons aussi patibulaires que dangereux tout ce que l’île a tenté de repousser comme envahisseurs. Arrivé à bout de force, alcoolique, malade, l’Infernu accepte ce dernier contrat parce que l’argent lui manque et, surtout, parce que la fille, qui n’a pas froid aux yeux, l’intrigue.
   
   Commence alors une chasse à l’homme visant à tuer froidement les quatre frères dont Vénérande a su patiemment comprendre les traits et auxquels l’Infernu sait donner une identité car il s’est battu un temps avec eux avant de se battre à mort contre eux désormais. Une chasse menée à la condition que Vénérande l’accompagne pour assurer ses arrières. Cependant, la jeune femme ne se doute pas du rôle réel que les circonstances vont l’obliger à tenir dans un scenario qui, évidemment, ne se déroule jamais comme l’idéal l’aurait voulu…
   
   Autour de cette vendetta, c’est toute l’histoire de la conquête de la Corse par les Français qui se raconte. Celle d’une lutte sans merci entre ceux qui constituèrent les rebelles au départ, les gendarmes français, décimés, et qui finiront par avoir la peau des insurgés en faisant appel à des Voltigeurs ramassés parmi la lie corse, eux-mêmes prêts à tout contre du bel argent sonnant et trébuchant.
   
   Or, derrière l’intrigue romanesque se cache surtout l’horreur que porte en elle toute guerre, ses meurtres de sang-froid, ses viols, ses combats fratricides ainsi que, le temps passant, l’oubli fondamental des raisons qui ont conduit à s’engager dans un monde de violence. Une fois le pas franchi, impossible de faire marche arrière. Tuer pour vivre devient la seule raison de vivre au point de tuer pour n’importe quelle cause et de tuer n’importe qui, y compris les populations vernaculaires, si le besoin ou la simple envie s’en fait sentir. Un mode de vie qui mène tôt ou tard à la perte de son âme puis à la perte de sa vie, assassiné, torturé ou pendu selon les cas…
   
   C’est tout cela que raconte par bribes un vieil homme arrivé au bout du rouleau à la jeune femme pour laquelle il travaille le temps d’un contrat. Un récit qu’elle entend malgré elle au fur et à mesure que la traque progresse. Un récit qui montre l’absurdité et les limites de son projet de vengeance lequel, à son tour, l’entraînera dans un schéma de vie qui semble se répéter à l’infini comme le laisse penser une fin énigmatique et assez poétique.
   
   Sans être un roman exceptionnel, "Orphelins de Dieu" possède une certaine puissance et se lit avec intérêt. Un bon livre qui révèle un auteur à suivre.

critique par Cetalir




* * *