Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les oubliés de Christian Gailly

Christian Gailly
  Un soir au club
  Dernier amour
  Dring
  Les oubliés
  Nuage rouge

Christian Gailly est un écrivain français né en 1943 à Paris et décédé en 2013.

Les oubliés - Christian Gailly

Histoire de mort et d’amour
Note :

   Une histoire bien dans la tradition Christian Gailly, une histoire d’êtres de chair et de sang. Ce sang qui peut se vider et vous laisser sans vie, cette chair qui donne beaucoup aux relations que peuvent avoir les hommes entre eux.
   
   Deux journalistes tiennent une chronique dans un journal ; «Les oubliés».
   «Brighton et Schooner partaient en mission. Ca les amusait d’appeler ça des missions. Ca faisait correspondant de guerre. De simples déplacements pour le journal. Rien de bien dangereux. Les pages culturelles. Une chronique hebdomadaire intitulée: "Que sont-ils devenus?" Des artistes oubliés. Des écrivains, des peintres, des musiciens.»
   
   Ils se rendent en voiture «en Bretagne retirée» (sic ) pour rencontrer Suzanne Moss, grande artiste, ancienne violoncelliste.
   
   Ils n’y parviendront pas. Accident. L’un mourra. L’autre … fera en sorte de revenir interviewer Suzanne Moss et … comme dit plus haut, êtres de chair et de sang. Là ce sera le côté chair.
   
   Il y a un côté désabusé, fataliste, inexorable, dans les histoires qui souvent dégénèrent en amour de Christian Gailly. «Les oubliés» est de celles-là. Pas de l’eau de rose. Loin de là. Un amour qui vous tombe dessus, qui s’impose de la façon la plus improbable, un peu comme dans la vraie vie. Un bon point donc.
   
   Par contre, toujours ce style, ou plutôt cette exagération de style, qui en deviendrait presque une faute et qui m’a empêché de mettre 4*. Je veux parler de ceci par exemple:
   «Elle céda son tour. Rien qu’un instant. Pardon, dit Brighton, excusez-moi. Il actionna la poignée. Plusieurs fois. Sans résultat. Puis à travers la porte engagea. Ce qu’il eût souhaité être. Une conversation. Du moins le tenta-t-il: …»
   Cette scansion, avec des points au milieu des phrases … Trop fréquent. Et heurtant.
   
   Mais ça reste une très belle histoire.

critique par Tistou




* * *