Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Chasseurs de têtes de Jo Nesbø

Jo Nesbø
  L'étoile du diable
  Les cafards
  Rouge-Gorge
  Le Léopard
  Le bonhomme de neige
  Le sauveur
  Police
  Du sang sur la glace
  Chasseurs de têtes
  Rue Sans-Souci
  Le Fils

Jo Nesbø est un auteur norvégien de romans policiers né en 1960. Il a d'abord été journaliste économique puis s'est dirigé vers la musique. Il est connu pour sa participation en tant qu'auteur, compositeur et interprète au groupe de pop Di Derre, l'un des plus célèbres en Norvège, de 1993 à 1998. Son premier roman, "L'Homme chauve-souris" (1997), a tout de suite remporté un grand succès. Il a obtenu l'année suivante le prix du meilleur roman policier scandinave de l'année, ce qui l'a propulsé sur le devant de la scène littéraire du polar scandinave.
(Wikipedia)

Chasseurs de têtes - Jo Nesbø

Comment dire sans être désobligeant?...
Note :

   Jo Nesbo est un écrivain norvégien de romans policiers né en 1960 à Oslo. Il a d'abord été journaliste économique puis s'est dirigé vers la musique avec le groupe de pop Di Derre, l'un des plus célèbres en Norvège de 1993 à 1998. Son premier roman, "L'Homme chauve-souris" (1997), a tout de suite remporté un grand succès et il a obtenu l'année suivante le prix du meilleur roman policier scandinave de l'année. "Chasseurs de têtes" est paru en 2009.
   
   Roger Brown se targue d’être le meilleur chasseur de têtes de toute la Norvège. Sa technique de recrutement est bien au point, ses avis ne sont jamais contestés. Il vit sur un grand pied, belle maison et jolie femme qui lui coûte beaucoup avec sa galerie d’art. Du coup le Roger il a une double activité, quand ses clients sont convoqués à des entretiens, il s’introduit chez eux pour voler leurs œuvres d’art. Jusqu’à ce qu’il tombe sur un os, son dernier client est un spécialiste de la technologie GPS…
   
   Pour ceux qui connaissent un peu l’œuvre de l’écrivain, je précise tout de suite que Harry Hole, son héros récurrent n’est pas de l’aventure et j’ajouterai, heureux homme ! Car inutile de barguigner, le roman n’est pas bon du tout. Certes, j’ai réussi à le lire jusqu’au bout mais c’est bien le seul point positif que je puisse lui attribuer.
   
   L’intrigue n’est pas crédible, voire abracadabrante, et le grotesque y montre le bout de son nez plus d’une fois (l’immersion volontaire dans la fosse septique avec ses implications ultérieures, par exemple), et que dire du long passage récapitulatif des évènements durant l’épilogue, non seulement le procédé n’est pas très finaud mais il met en relief le peu de crédibilité de l’histoire, ce qui dessille définitivement les yeux du plus compréhensif des lecteurs. Finalement je me suis demandé si je lisais réellement un bouquin de Jo Nesbo, ce qui renforce ma déception car j’ai lu beaucoup mieux de cet écrivain.
   
   "Le calme est étrange, j’entends le vent souffler doucement dans les arbres, et le murmure de la rivière. Mon bras est paralysé, je suis suspendu la tête en bas, bloqué entre chair et acier. Du sang et de l’essence gouttent depuis le plancher au-dessus de moi. Sous moi, sur le pavillon à damier de la voiture, je vois un coupe-ongles, un bras amputé, deux morts et un vanity-case. Le monde n’a aucune beauté, juste de la vanité."

critique par Le Bouquineur




* * *