Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 06 ans: Les Tokémones de Alice de Poncheville

Alice de Poncheville
  La martre
  Dès 08 ans: Le tamanoir hanté
  Dès 06 ans: Les Tokémones

Dès 06 ans: Les Tokémones - Alice de Poncheville

L’emprise des Tokémones ?
Note :

    Illustré par Charles Castella
   
   Thèmes : Imaginaire, Humour, Jeu
   
   Le petit dernier d'Alice de Poncheville m'intriguait beaucoup avec son titre très significatif... Les Tokémones sont des petites créatures farfelues qui débarquent à Forêveuse et mettent tout sens dessus dessous. Pour ne pas dire les Pokémones, on sent bien qu'Alice de Poncheville se moque (un peu? gentiment? facilement?) de cette mode passagère qui vient envahir les foyers des parents. Car la critique sous-jacente est là... les Tokémones empêcheraient de dormir, de manger, de boire, d'avoir d'autres intérêts et loisirs. Ah bon?? Jeux vidéos/ Pokémones même topo, même lot!!!?? Attention danger! Dès lors on est comme possédé, obsédé et il faut s'en débarrasser parce qu'ils envahissent notre vie, pire, notre cerveau.
   
   Alors j'ai beaucoup aimé ce titre même si je ne vois pas les Pokémones comme un danger. Pour cause je connais un petit garçon qui en est fan mais qui s'intéresse à tant et tant d'autres choses à côté que le roman d'Alice de Poncheville m'a fait sourire, vraiment, voire limite me moquer. Une première lecture destinée aux plus jeunes lecteurs mais on sent aussi qu'elle pourrait être avisée aux parents non??? Genre ne laissez pas vos bambins s'abrutir devant les Pokémones. Hum! Je suis sceptique même si en matière de littérature de jeunesse le propos ne peut pas être aussi carré. Il vaut mieux s'en amuser et prendre les Tokémones au second degré comme un texte drôle et amusant sur la culture populaire. On sera d'ailleurs plus sensible à la "morale" de l'histoire : chacun a ses propres talents, il faut chercher dans ce qu'on aime faire, dans ce qu'on sait faire ou aimerait faire. C'est comme si chacun avait son propre pouvoir!

critique par Laël




* * *