Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Docteur Sax de Jack Kerouac

Jack Kerouac
  Visions de Gérard
  Vraie blonde et autres
  Les souterrains
  Maggie Cassidy
  Sur la route
  Big Sur
  Le vagabond américain en voie de disparition
  Les clochards célestes
  Les anges vagabonds
  Docteur Sax
  Tristessa
  Pic
  Le vagabond solitaire
  Underwood Memories
  Vieil Ange de Minuit
  Journaux de bord (1947/1954)

Jack Kerouac est un écrivain et poète américain né en 1922 dans le Massachusetts et mort en 1969 à en Floride. Il compte parmi les membres les plus importants du mouvement de la Beat generation en littérature.

On a aussi beaucoup écrit sur Kerouac:
* "Jack Kerouac half back" de Fausto Batella
* "Jack Kerouac, Breton d'Amérique" de Patricia Dagier et Hervé Quéméner
* "Kerouac" d'Yves Buin
* "Sad Paradise" de René Tanguy

Docteur Sax - Jack Kerouac

Allô Docteur...
Note :

   Un des titres de Kerouac que j'avais trouvé excellent il y a moult années... et maintenant, quelques décennies après, ce livre et d'autres, passant de jeune homme en lecteur ayant pris de la bouteille ! Confirmation ou déception ?
   
    Un nouveau défi, sorte de course contre le temps ! Et en même temps, un autre hommage à cet auteur qui a marqué une génération de lecteurs, moi en particulier. Au cours de mes balades dans les salons littéraires bretons, je rencontre très souvent des adeptes de Kerouac.
   
    Cet ouvrage a été édité en 1959, mais semble-t-il écrit en 1952, avant "Maggy Cassidy".
   Plusieurs livres dans cet ouvrage.
   Livre Un "Les fantômes de la nuit de Pawtuchetville", bourgade du Canada français.
   Livre Deux "Un film-livre ténébreux".
   Livre Trois "Encore des fantômes".
   Livre Quatre "La nuit où l’homme à la pastèque mourut".
   Livre Cinq "La crue".
   Livre Six "Le château".
   Les rêves et l’enfance à Lowell, avec l’apparition nocturne du Docteur Sax qui vient hanter les nuits de Jack.
    À noter le titre on ne peut plus étrange du livre quatre : "La nuit où l’homme à la pastèque mourut".
   En dehors du monde du sport et de ses nombreux amis, compagnons de jeunesse et de vie insouciante, l’inquiétant Docteur Sax vient hanter les nuits de Jack !
   
    L’auteur évoque un monde cosmopolite, mélange de plusieurs origines, mais avec tous un dénominateur commun, le monde ouvrier. Ce n’est ni la misère, ni la pauvreté, mais guère plus.
   
    Le livre deux est une suite de scènes où il est question de jeux de billes et de courses de chevaux, distraction pour l'intérieur les jours de mauvais temps ?
   
    Cet homme qui transportait une pastèque un soir d’été, mort sur le pont qui franchissait le Merrimac, les nombreux décès qui marquent la vie d’un enfant, les chiens et les chats qui disparaissent, la mort toujours ! Et la religion catholique des Canadiens français, qui marqua Jack pour toute son existence !
   
    L’inondation de la ville de Lowell fut un des faits marquants de l’histoire de la ville. Jack nous la narre à sa façon, période où pour aller voir son ami Paul, il fallait prendre une barque, les séances de cinéma où il allait avec Nine sa sœur, gratuitement, car leur père imprimait les programmes.
   
    Et là-haut sur la colline… le Château… et une nuit à travers Lowell avec comme compagnon de route le Docteur Sax.
    Puis vient la nuit de l’Apocalypse !
   
    Le principal personnage de ce livre est Jack Kerouac lui-même et le monde qui l’entoure. On retrouve donc sa famille, père et mère, la sœur aînée, et Gérard, le frère défunt devenu saint. Kerouac lui consacrera un ouvrage complet "Visions de Gérard".
   
   Sax, ombre noire et sinistre, plane sur la ville et peuple les nuits de l’imaginaire de l’enfant Kerouac, le comte Condu dans son château vient aussi parfois.
   
    On retrouve au fil des lignes W.C. Fields, les Marx Brothers, de la musique également, ce qui fabrique les souvenirs de tout un chacun.
   
    Un livre "apaisé", mais foisonnant, un regard lucide et attendri sur une enfance somme toute heureuse malgré les drames de la vie.
   
    On peut penser que l’apparition du Docteur Sax est le prélude des problèmes à venir.
    Pour moi, un des meilleurs titres de Kerouac, une œuvre majeure dans sa bibliographie. Une relecture qui s’imposait.
   
    Une écriture poétique quand Kerouac évoque la ville de Lowell, où il est né et a passé ses plus jeunes années :
   - Tout Lowell chante sous nos yeux, et nous, nous traversons le pont en dansant. La crue est finie.
   
   - Il n'y a rien de pire que la grande façade en pleurs des maisons, une maison familiale au milieu de la nuit.

   
   Extraits :
   
   - Les souvenirs et les rêves s'enchevêtrent dans cet univers de déments.
   
   - Je les vois maintenant dans Riverside Street, dans la nuit noire et mouvante.
   
   - Le Dr Sax vivait dans les bois, jamais la ville n'a été son linceul.
   
   - C'est cette même rivière, cette pauvre rivière que Mars fait fondre, amenant le Dr Sax et les nuits pluvieuses du château.
   
   - Le noir du Dr Sax est venu plus tard.
   
   - Quel Dr Sax est en train de se glisser dans le noir, dans l'ombre ; encapuchonné, emmitouflé, il se hâte, il va à toute allure, à faible altitude, vers ses mystères, vers ses terreurs...
   
   - Le Dr Sax traversait l'ombre entre les piliers de l'église, à l'heure des vêpres.
   
   - Sax avance à grands pas silencieux sur les feuilles des pommiers, dans la nuit mystérieuse, plongée dans son rêve.
   
   - À la fenêtre, soudain, et à l'insu de tous, apparaît le Dr Sax, noir, confondu avec le balcon, enveloppé dans son linceul, muet. Il écoute.
   
   - ... Les fantômes de WC Fields et de mon père émergent ensemble de l'allée de briques rouges, avec leur chapeau de paille, ils vont vers les murs noirs de la nuit, et Sax ricane...
   
   - De l'inhabituel ! Ah ! Le Dr Sax allait certainement leur en donner !
   
   - Nous nous insinuons tous les deux dans les ombres noires de la nuit, et nous sommes au courant, le Dr Sax et moi de tout ce qui se passe à Lowell.
   
   - Toute ton Amérique, dit Sax, est comme une ruche balzacienne concentrée dans la pointe d’un joyau.
   

    Titre original : Doctor Sax (1959).

critique par Eireann Yvon




* * *