Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Hiver de Christopher Nicholson

Christopher Nicholson
  Hiver

Hiver - Christopher Nicholson

Thomas Hardy
Note :

   Thomas Hardy est un auteur que j'ai découvert et beaucoup apprécié à travers trois recueils de nouvelles et dont les romans m'attirent même si je n'ai pas encore aujourd'hui franchi le pas (sauf avec Les Forestiers, dont je n'ai lu qu'une partie faute de temps lorsque je l'avais commencé). Aussi, lorsque je suis tombée par hasard sur le roman "Winter" de Christopher Nicholson mettant en scène Thomas Hardy, j'ai inévitablement eu envie de me le procurer.
   
   L'action se déroule dans les années 1920, dans le Wessex, où vit l'écrivain âgé de 84 ans. Nous le découvrons chez lui, dans une assez grande propriété, isolée et cachée par d'immenses arbres qui cependant obscurcissent complètement la maison. Thomas Hardy passe ses journées à écrire, est très attaché à son chien Wessex mais communique peu avec sa femme Florence, qui a à peine plus de la moitié de son âge mais ne lui inspire plus qu'une certaine affection, lorsqu'elle ne l'agace pas. Florence souffre de sa solitude, a une santé fragile et accepte difficilement la tournure qu'a pris sa vie, consacrée entièrement à son époux ; elle est ainsi devenue amère et irritable.
   
   A cette époque, une troupe locale d'acteurs amateurs met en scène "Tess", l'adaptation de son grand roman. Cette pièce va rompre le quotidien monotone du couple Hardy, mais aussi devenir sujet de discorde. Le personnage principal est joué par la jeune Gertrude Bugler. Elle incarne un idéal féminin aux yeux de Hardy, qui, malgré son grand âge, se sent attiré par elle. Dans une sorte de huis clos, Nicholson met en scène ces trois personnages dont les aspirations et les sentiments ne peuvent qu'entrer en conflit.
   
   Le roman alterne les points de vue, entre les chapitres consacrés à l'auteur rédigés à la 3e personne et les chapitres narrés directement par Florence ou Gertie. Se déroulant au cœur de l'hiver (et portant si bien son titre), ce livre exprime avec subtilité le ressenti des trois personnages, tout en s'interrogeant sur l'amour (ses formes, sa pérennité), la brièveté de la vie humaine, sa poursuite après la mort ou encore, sa place aux côtés de la nature. Même si je suis toujours un peu gênée par les récits inspirés de personnes ayant réellement existé, j'ai beaucoup apprécié ce roman profond, mélancolique et porté par une plume élégante. J'aurais juste aimé que l'auteur ajoute une note pour raconter la genèse de ce livre et indiquer ce qui est en partie inspiré de la réalité et ce qui est totalement inventé – simple curiosité.
   
   Je m'apprête à lire "Une Femme d'Imagination et Autres nouvelles" et, après avoir lu le roman de Christopher Nicholson, je commence à sérieusement envisager de découvrir enfin "Tess".
    ↓

critique par Lou




* * *



Thomas Hardy et Tess
Note :

   Ce livre nous raconte les derniers moments de la vie de Thomas Hardy. Agé de 84 ans, retiré à la campagne avec son chien, fidèle compagnon, il est remarié avec sa secrétaire, plus jeune que lui. Mais le couple va mal, Thomas n’aime plus sa femme et ils se parlent peu dans cette vie monotone qui va être égayée par l’adaptation théâtrale d’une de ses œuvres Tess, qui s’apprête à être jouée au village. Thomas va tomber sous le charme de la jeune comédienne qui joue le rôle principal, au grand dam de sa femme.
   
   Un roman tout en douceur, qui s’inspire de la véritable histoire de l’écrivain de "Loin de la foule déchainée". Ce très beau roman donne notamment la parole à sa femme et met en exergue les malaises, la jalousie, la frustration qu’elle peut éprouver à faire toutes les tâches "ingrates" comme ouvrir le courrier, y répondre, classer les documents, alors qu’elle se sent mal aimée de son mari mais aussi des domestiques qui semblent vivre dans le souvenir de la veuve de l’écrivain. Sans compter le danger que peut représenter pour son couple la jeune actrice pétillante et innocente et qui contraste avec cette femme en pleine souffrance. D’humeur morose "Un rien la contrariait et elle avait tendance à interpréter les choses de travers", elle ne se sent pas bien dans cette maison ni dans le rôle qu’on lui assigne.
   
    Tout cela est très bien rendu par la plume de l’écrivain et j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre.
    ↓

critique par Éléonore W.




* * *



Retour de flamme
Note :

   Un vieil écrivain de 84 ans qui vit un peu reclus dans sa maison du Dorset et ne parvient plus à écrire sauf parfois un poème, voilà le héros de cette biographie romancée de Christopher Nicholson.
   
   Thomas Hardy, car c’est lui au soir de sa vie, va connaitre un élan amoureux pour une toute jeune femme qui incarne Tess son héroïne fétiche dans une adaptation pour un théâtre amateur.
   
   Florence sa seconde femme ne l’entend pas de cette oreille, lassée de vivre dans l’ombre de son mari, se sentant prisonnière de cette maison et plus encore de ce jardin qu’elle exècre, elle est prête à combattre cet amour qui est pour elle le comble du mauvais goût, amère et d’une jalousie féroce elle va s’opposer de toutes ses forces à la situation.
   
    Je suis une fervente lectrice de Thomas Hardy aussi ai-je hésité à lire ce roman par crainte d’une grosse déception, eh bien j’avais totalement tort.
   
   Ce roman est un bonheur de lecture. Christopher Nicholson nous fait entrer dans l’intimité de ce couple, nous réchauffer les mains au feu qui flambe dans la cheminée, partager un instant avec les amis de T Hardy et quels amis ! T.E Lawrence, celui d’Arabie oui oui, Matthew Barrie le père de Peter Pan.
   
   On y voit un homme fasciné par la beauté et la jeunesse de Gertrude Gruber qui se retourne sur son passé avec mélancolie.
   
   L’écrivain aime ses promenades matinales en compagnie de son chien Wessex, il aime sa maison, sa vallée, dans le même temps Florence elle n’est que colère et frustration devant ce vieil homme qui refuse tout progrès, pas de téléphone, pas de voiture... Elle joue les utilités en répondant au courrier cantonnée aux tâches quotidiennes et vivant dans l’ombre d’Emma la première épouse.
   
   Thomas Hardy se plait devant la page d’écriture "l’idée d’être à son bureau, alors que séchait l’encre des derniers mots d’un ultime poème, lui paraissait somme toute agréable."
   

   Le roman à trois voix restitue parfaitement l’opposition qui nait entre mari et femme, entre Florence et Gertrude, Thomas Hardy apparait profondément égoïste centré sur son œuvre et bien loin des sentiments éprouvés par sa femme. La communication est rompue et chacun se replie en proie à une violence intérieure.
   
   Nature et sentiments sont parfaitement décrits, c’est une biographie romancée très réussie et qui me rend tout à fait heureuse d’avoir encore un ou deux romans de Thomas Hardy à lire.

critique par Dominique




* * *