Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le bonheur illicite des autres de Manu Joseph

Manu Joseph
  Le bonheur illicite des autres

Le bonheur illicite des autres - Manu Joseph

Mais ils lui ont échappé
Note :

   Peut-on expliquer l’incompréhensible ? Existe-t-il une vérité ou autant de vérités que de témoins directs ou indirects ? Telles sont les deux questions centrales qui sous-tendent le deuxième roman de l’écrivain et journaliste indien Manu Joseph.
   
   Unni est un adolescent de dix-sept ans qui semble promis au bonheur. Intelligent, charmeur, il réalise des BD étonnantes et puissantes qui font l’admiration de ses camarades comme de ses professeurs. "Vous n’échapperez pas au bonheur" est une formule qu’il utilise fréquemment. Et pourtant, un soir, sans crier gare, il saute depuis la terrasse de son immeuble et se tue. Aucun mot, aucun message pour expliquer son geste fou.
   
   Depuis trois ans, Ousep, son père, mène une enquête pour tenter de comprendre l’inexplicable. Une enquête un temps abandonnée et qu’il relance de façon effrénée depuis qu’il a pris connaissance d’un nouvel élément. Mais une enquête qui se heurte à un mur, qui tourne en rond. Moins Ousep avance, plus il s’enfonce dans l’alcoolisme, délaissant son emploi de rédacteur en chef d’un petit journal. Une autre forme d’auto-destruction, de refuge pour la souffrance de la perte d’un fils aîné, d’une vie ratée, d’un mariage qui prend l’eau de toutes parts.
   
   Pendant qu’Ousep enquête en vain, son épouse Mariamma tente vaguement de tenir un foyer où l’argent manque cruellement. Il lui faut mendier sans cesse auprès des voisins, obtenir l’aide du prêtre de la paroisse pour que de nouveaux crédits lui soient accordés. Survivre à un mari qui rentre ivre-mort et se livre immanquablement à un rituel de suicide simulé chaque soir. Mais, surtout, Mariamma reste murée dans un monde intérieur. Un monde où elle parle à ses murs, où elle s’absente fréquemment de conversations en cours. Un monde où la folie gagne d’autant que la mort d’Unni reste inexpliquée.
   
   Entre ces deux parents terrifiants, Thoma, le fils cadet survivant de douze ans, tente de survivre. Son obsession est de connaître une vie normale où l’on cessera de le traiter comme un idiot alors que sa distraction lui vaut d’être perçu comme tel, et où ses parents cesseront de se comporter comme des fous.
   
   Sur cette trame qui pourrait être pesante, Manu Joseph bâtit un roman original et où l’humour et la puissance de formules imagées et étonnantes jouent un rôle essentiel. Pourtant, le roman peine à démarrer et il faudra une certaine patience de la part des lecteurs pour venir à bout du premier tiers du roman qui semble tourner en rond. Et puis, peu à peu, des zones d’ombre s’éclaircissent grâce à la rencontre de personnages aussi hauts en couleurs que bizarres. On y apprendra beaucoup sur ce qui fait la vraie souffrance d’Ousep et de Mariamma, sur les secrets qui, mal cadenassés, viennent perturber la psyché. La dernière partie du roman dérive peu à peu vers une sorte de conte philosophique dans lequel la vérité semble être révélée au seul lecteur tandis que parents et frère restent avec leurs propres interprétations d’un geste fatal.
   
   Manu Joseph possède un talent certain pour décrire la vie de la petite-bourgeoisie de Chennai (anciennement Madras), les commérages incessants entre voisines dont l’oisiveté forcée (l’épouse reste au foyer pendant que Monsieur travaille) doit trouver de constants dérivatifs. Dans la chaleur étouffante de cette ville tentaculaire, des millions de destins se jouent, la normalité côtoie l’étrange, le réel sordide les rêves inexprimés et le désir lourd des hommes pour les femmes constitue une menace qui souvent s’exprime par des gestes grossiers.
   
   Au total, un roman – non indispensable - qui permet de se familiariser avec une littérature indienne en plein renouveau.

critique par Cetalir




* * *