Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un sombre pressentiment de Cees Nooteboom

Cees Nooteboom
  Une année allemande - Chroniques berlinoises 1989-1990
  Le Matelot sans lèvres – histoires tropicales
  Le bouddha derrière la palissade
  Le chant de l’être et du paraître
  Du printemps, la rosée
  Tumbas -Tombes de poètes et de penseurs
  L'histoire suivante
  Un sombre pressentiment

Cees Nooteboom (Cornelis Johannes Jacobus Maria Nooteboom) est un écrivain néerlandais né en 1933.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Un sombre pressentiment - Cees Nooteboom

A la rencontre de Hieronymus Bosch
Note :

   Mon meilleur souvenir de Hieronymus Bosch remonte à un voyage à Bruges, le musée Grœninge possède le Jugement dernier et je suis allée à plusieurs reprises durant mon séjour voir et revoir ce tableau qui m’intriguait, m’effrayait mais m’hypnotisait.
   
   A l’occasion de la commémoration des 500 ans de la mort de H Bosch une grande expo fut organisée à Bois le Duc sa ville natale, expo qui s’est transportée depuis au Prado de Madrid.
   
   Cees Nooteboom écrivain hollandais mais vivant en Espagne était tout désigné pour proposer SA version de Bosch, ce peintre tellement atypique qu’on ne sait en regardant ses toiles s’il est dans la provocation ou dans la folie.
   
   C’est un livre court, très bien illustré. Nooteboom propose un parcours géographique, de ville en ville, de musée en musée il s’agit d’admirer et de tenter de comprendre une des peintures les plus mystérieuses de ce siècle tourmenté qui a vu la réforme et la contre-réforme, qui a vu s’enchainer guerres et massacres. On va de Gand à Paris, de Lisbonne à Madrid.
   
   Comment un même peintre a-t-il pu peindre à la fois l’Adoration des mages et Le Chariot de foin, Saint Christophe et le Jardin des délices ?
   
   En six courts chapitres et cinq post-scriptum, Cees Nooteboom s’attache à décortiquer les toiles, nous les faire vivre. Nous permettre d’approcher la vie qui grouille dans ces tableaux, ces visions de l’enfer plus que du paradis, ces êtres difformes, ce pendu au battant d’une cloche, ces animaux extravagants.
   
   Nooteboom nous dit que chez H Bosch le diable et le mal ne sont jamais très loin. Personnages aux pieds fourchus, soldat lutinant une servante, instrument de musique démesuré... Il nous montre aussi la richesse inventive du peintre qui avait pour maxime "Misérable est celui qui utilise toujours les trouvailles d’autrui et n’en invente aucune par lui-même."
   

   J’ai beaucoup aimé ce livre, j’ai aimé le centrage sur les détails des tableaux qu’il est très difficile d’apprécier dans un musée faute de pouvoir s’approcher suffisamment.
   
   Si vous aimez la peinture, ce livre devrait vous réjouir.

critique par Dominique




* * *