Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

F comme: Le Papyrus de César de Jean-Yves Ferri

Jean-Yves Ferri
  F comme: Le retour à la terre, tome 1: La vraie vie
  F comme: Le retour à la terre, tome 2: Les projets
  F comme: Le retour à la terre, tome 3: Le vaste monde
  F comme: Le retour à la terre, tome 4: Le déluge
  F comme: Le retour à la terre, tome 5: Les révolutions
  F comme: Asterix chez les Pictes
  F comme: Le Papyrus de César
  F comme: Asterix et la Transitalique

F comme: Le Papyrus de César - Jean-Yves Ferri

Trente-sixième album
Note :

   D'après des personnages de Goscinny & Uderzo
   Scénarisé par Jean-Yves Ferri et dessiné par Didier Conrad

   
   Le blockbuster BD de la fin d’année 2015, comme le dirait les américains. Une campagne de pub orchestrée de main de maitre, affichage dans les lieux de passage avec des dessins inédits, interview radio, certainement télé mais j’y ai échappé car je ne l’ai pas.
   
   "Astérix et Obélix entrent de plain-pied dans l’ère du numérix. Ce trente-sixième album revient à la source de ce qui a bâti la légende des irréductibles gaulois car Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, en dignes successeurs d’Uderzo et Goscinny, posent comme leitmotiv de leur intrigue la finesse d’esprit et la multiplication des malentendus.
   Les jeux de mot fusent, les références pleuvent, les gags s’enchaînent à la vitesse d’un cheval romain au galop. Les nouveaux rois du multimédia sont brocardés comme ils le méritent. Astérix, Obélix et César tiennent une forme olympix."
   

   César est bien mal conseillé. Se lançant dans une carrière d’écrivain, il omet, sur conseil d’un numide, dans sa guerre des Gaules, de parler d’un petit village. Se posant en conquérant de toutes les Gaules, il a bien une réticence à passer sous silence la résistance d’un petit village possédant une potion magique. Mais se laisse convaincre. Erreur !
   
    Personnellement, je trouve que le duo Ferri Conrad fonctionne bien, et trouve ses marques. Après quelques jalons sur "les Pictes", on sent qu’ils ont presque tous les éléments de la potion magique. Les jeux de mots sont bons, les personnages assez réussis, il manque peut être une ou deux scènes habituelles comme la bagarre du village ou le banquet (c’est plus embêtant), mais on retrouve quand même deux héros en forme, contrairement à ce qu’Uderzo, seul, leur faisait subir.
   
   Si certains ne l’ont pas commandé au Pere Noel, il est encore temps car il mérite sa place dans la collection.

critique par Le Mérydien




* * *