Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Scènes de ma vie de Franz Michael Felder

Franz Michael Felder
  Scènes de ma vie

Scènes de ma vie - Franz Michael Felder

Fils de paysan, petit-fils de paysan, et pourtant...
Note :

   Ne ratez pas ce petit bijou. D’ailleurs, la très intelligente préface du metteur en scène et réalisateur Peter Handke nous avertit d’emblée en insistant sur la qualité artistique et historique de ce qui constitue un livre étape dans l’histoire littéraire de langue allemande.
   
   Rien ne prédestinait Franz Michael Felder, un obscur fils de paysans d’une famille pauvre d’un petit village du Tyrol Autrichien à connaître la – courte – vie qui fut la sienne. En ce début du XIXème siècle, l’Eglise et l’Etat ont conclu une alliance inaltérable pour maintenir chacun à sa place, surtout s’il s’agit de la paysannerie indispensable à nourrir la nation mais pouvant devenir dangereuse et facteur de troubles s’il lui venait à l’idée de s’émanciper.
   
   D’où une Eglise qui confine ses ouailles dans la terreur de Dieu, qui fait de la participation au catéchisme et aux sermons des messes un moyen dogmatique de formater les esprits. D’où un Etat qui maintient chacun isolé dans ses vallées, limitant les voies d’accès et les moyens de transport pour éviter les échanges et les découvertes.
   
   En ces temps presque encore moyenâgeux mais pourtant pas si lointains, le pire que l’on puisse reprocher à un paysan est qu’il puisse consacrer le peu de son temps libre à la lecture, apprise à l’école obligatoire jusqu’à quatorze ans. Un exercice périlleux pour les deux grands alliés historiques parce que susceptibles d’ouvrir l’esprit et de donner à réfléchir alors qu’émerge une puissante littérature allemande avec Goethe et Schiller par exemple.
   
   Or, Franz Michael Felder n’a qu’une obsession en tête : lire. Dès qu’il parvient à économiser quelque modeste monnaie, il se précipite pour commander almanachs, journaux ou romans qu’un colporteur lui fera parvenir avec beaucoup de retard. Quand, en outre, un tel personnage est affublé d’un œil aveugle et d’un esprit non-conformiste et railleur, l’ostracisme n’est pas loin. Il faudra alors toute la capacité d’une intelligence hors norme et qui se forge par elle-même pour trouver son chemin, apprendre de ses erreurs et, peu à peu, devenir un personnage essentiel de son temps.
   
   Lire l’autobiographie sélective (d’où le titre « Scènes de ma vie ») de Felder simplement comme telle serait une erreur. C’est avant tout la démonstration de l’émergence d’un formidable talent littéraire capable d’analyser froidement et clairement ce qui fait la vie quotidienne de la paysannerie du Voralberg de l’époque. C’est comprendre qu’écrire et lire furent pour Felder les moyens de survivre avant que d’apprendre à vivre. C’est assister à l’arrivée sur la scène du premier véritable écrivain issu de la plèbe et capable d’écrire avec intelligence, pertinence dans une langue à laquelle celle des grands maîtres de l’époque n’a rien à envier.
   
   Felder aura décidé dans ce témoignage unique, poignant et objectif de sa vie et de son temps de limiter sa narration jusqu’à sa rencontre de celle qui allait devenir son épouse. Pourtant, comme nous l’apprend la très précieuse postface de Jean-Yves Masson, la vie de Felder connut un retentissement social et politique aussi bien que littéraire majeur dans les années qui suivirent. Cependant, l’honnêteté intellectuelle de Felder le conduisit à ne pas se montrer sous le jour public dont il devenait l’objet mais tel, au contraire, que son parcours semé d’embûches fut pour devenir un homme libre et éclairé.
   
   Voici un formidable ouvrage, magnifiquement écrit et superbement traduit qu’on ne saurait que chaudement vous recommander.

critique par Cetalir




* * *