Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'enfant qui mesurait le monde de Metin Arditi

Metin Arditi
  La fille des Louganis
  La pension Marguerite
  L'imprévisible
  Le Turquetto
  Prince d’orchestre
  Juliette dans son bain
  L'enfant qui mesurait le monde

Né en 1945 à Ankara, Metin Arditi a quitté la Turquie à l’âge de sept ans. Après onze années passées dans un internat suisse à Lausanne, il étudie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, où il obtient un diplôme en physique et un diplôme de troisième cycle en Génie Atomique. Il poursuit ses études à l’Université de Stanford. Il habite Genève, où il est très engagé dans la vie culturelle et artistique, et enseigne à l’École polytechnique.

L'enfant qui mesurait le monde - Metin Arditi

Protéger
Note :

   Rentrée littéraire 2016
   
    Metin Arditi nous emmène dans son dernier ouvrage sur l'île grecque de Kalamaki dans un paysage à la beauté éternelle et dont l'authenticité va être confrontée à un projet de marina grand luxe.
   
    L'auteur nous invite dans des criques sauvages baignées par une eau bleue et noyées sous un soleil ardent. Le charme opère.
   
    C'est à Kalamaki qu'Eliot vit depuis le décès de sa fille il y a douze ans. Originaire de l'île, il a quitté New York et son bureau d'architecte. Dans le calme de sa petite maison, il entretient le souvenir de sa fille en terminant des recherches qu'elle avait débutés sur le Nombre d'Or.
   
    Il a pour voisins, Maraki, patronne de pêche et son fils Yannis. C'est un petit garçon renfermé, autiste surdoué des chiffres, qui ne pense qu'à rétablir l'ordre du monde en effectuant de savants calculs.
   
    Sa mère souffre de ne pouvoir l'approcher, le caresser et, usée par la vie et son travail, ne supporte plus les crises d'angoisse et le refus de tout contact de son enfant.
   
    La population vit de plus en plus mal la crise économique et financière, aussi quand un grand groupe financier propose la construction d'un complexe hôtelier de luxe, la population espère en l'avenir. Mais face à la menace de la dégradation du paysage de l'île, une autre proposition voit le jour, celle de la construction d'une école se fondant dans son décor.
   
    Avec beaucoup de sensibilité et de délicatesse, Metin Arditi nous décrit les crises d'angoisse d'un petit garçon qui arrive à s'apaiser grâce aux nombres et à l'infinie patience d'un homme vieillissant.
   
    L'immuabilité insulaire y est bien dépeinte et nous partageons la vie de cette société qui sait si bien protéger les siens quand il le faut.

critique par Marie de La page déchirée




* * *